Afrisson

Biographie

Sami Rama

   Ramatou Goumbané

Coqueluche de la scène burkinabée, l’auteure-compositrice, interprète et guitariste Ramatou Goumbané aka Sami Rami dite "la gazelle du Boulgou" tente de populariser la musique du peuple Bissa. Sami Rama a été sacrée "Meilleure chanteuse féminine du Burkina Faso" au Kundé d’Or 2002 pour son album "Afriqui Bii" (paru en 2001). Ses textes, soutenus par de l’afro-pop, afro-funk ou afro-zouk, parlent des droits de l’enfant (enfants maltraités), des droits des femmes, de la polygamie, des problèmes du continent, de la paix, ou de l’amour.

Ses origines

Née le 6 février 1971 à Abidjan (Côte d’Ivoire), mais originaire de l’ethnie Bissa (ou Bisa, ou Bussansi) au Centre-Est du Burkina Faso, notamment dans la région de Boulgou, Sami Rami parle deux autres langues du pays : le moré (ou mòoré) et le dioula, ce qui lui permet, en plus du français, d’étaler toute une diversité de styles, mélodies et rythmes à travers ses œuvres musicales.

Ses débuts

Sami Rami a débuté dans l’orchestre des enfants, Les petits chanteurs au poing levé, puis dans le groupe des jeunes filles Les colombes de la révolution en 1985. La même année, elle fait la connaissance du célèbre auteur-compositeur burkinabé, Abdoulaye Cissé, devenu son mentor, directeur artistique et manager.

Une star burkinabée

Ses deux premières cassettes, "Dounia" en 1989 et "N’na" ((maman) en 1992, produites par Bazar Music à Ouagadougou ont connu d’énormes succès qui font d’elle une star burkinabée adulée et respectée... En 1996, elle est lauréate du Prix SNC Bobo (catégorie vedette). Un an plus tard, elle représente le Burkina Faso aux Jeux de la Francophonie à Madagascar. En 2000, elle est lauréate du concours organisé à l’occasion du 30ème anniversaire de l’Agence Interministérielle pour la Francophonie, puis tourne en Afrique et en Europe.

"Afriqui bii" (Afrique où vas-tu ?)

L’année 2001 voit Sami Rama sortir "Afriqui bii" (Afrique où vas-tu ?), un album venant confirmer son talent et accroître sa renommée, et comprenant la chanson Afrique Occident, un texte écrit par Stéphane Ternoise, auteur, écrivain, romancier et parolier français. Quant à la musique, elle est réalisée par Abdoulaye Cissé. Elle y parle aussi parlant des droits de l’enfant / enfants maltraités ("Ne touchez pas aux enfants"), des droits des femmes ("Femme ma sœur"), sans oubliez le Burkina Faso ("Burkin’ bila")…

"Y croire"

Sa carrière semble alors être lancée, mais elle doit s’arrêter pour une maladie aux cordes vocales. Elle ne retrouvera la scène qu’en 2004, après un séjour en France pour se faire soigner par le docteur Abitbol, spécialiste des cordes vocales. A son rétablissement, elle est invitée à chanter au 10ème Sommet de la Francophonie qui s’est tenu du 24 au 27 novembre 2004, à Ouagadougou, au Burkina Faso. L’année 2005 la voit sortir la chanson Y croire, un hymne à la positivité et au combat contre la maladie, écrit pendant ses moments difficiles où elle était convaincue de vaincre la maladie. C’est le succès. Elle tourne alors au Burkina Faso, dans la sous-région, en France (dont Les Francofolies de la Rochelle), en Belgique et en Italie)... Ce morceau sera inclus dans la compilation "Sons et images du Burkina Faso vol. 1" (2011).

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson