Afrisson

Biographie

Samito

   Samito Matsinhe

Originaire de Maputo, le compositeur et chanteur Samito a débuté sa carrière en Afrique du sud avant de s’installer au Québec. Dans son premier album, Xico-xico sorti en 2015, il explore les relations entre musique acoustique, électronique et diverses musiques mozambicaines et s’inscrit notamment dans le courant shangaan électro qui explose au Mozambique dans les années 2000. En 2015, il s’est produit au Festival Nuits d’Afrique de Montréal. et il a été la révélation 2015/2016 de la World Music de Radio Canada.

Une enfance musicale

Né à Maputo au Mozambique, Samito Matsinhe a passé son enfance dans un environnement musical. Ses parents l’encouragent très tôt à apprendre le piano et les percussions, et il intègre Escola Nacional de Música à Maputo, fait ensuite ses débuts professionnels à Capetown en Afrique du sud où il subit l’influence d’artistes comme Seu Jorge, Imogen Heap, Talvin Singh et Obed Ngobeni dont le tube "Kuhluvukile eka zete" a été repris par Harry Belafonte dans l’album Paradise in Gazankulu. Il se prend également de passion pour le style shangaan une musique du sud du Mozambique. En 2005, il s’envole pour Montréal où il poursuit des études à l’université McGill.

De nombreuses collaborations québécoises

À Montréal, il collabore avec Pierre Kwenders (sur l’album le Dernier empereur bantou), Nom de Plume (sur l’album Tae Kwon Fu), Jahnice, Hans Wilwright, Sara Tavares, Lorraine Klassen, The New Grove Orchestra et le groupe de hip-hop Radio Radio. Il devient également un membre actif du collectif DIFA (Doing it for the arts). Ses compositions simples et efficaces explorent la relation entre acoustique et électronique, rythmes africains et musique urbaine. Ses paroles mêlent avec finesse souvenirs intimes et considérations politiques.

Xico Xico

A paraître à l’automne 2015, son premier album, Xico-xico, produit par Ivan Duran comporte des titres chantés en plusieurs langues. Compositeur et chanteur, Samito s’est entouré pour l’occasion de plusieurs musiciens dont Kim Ho à la guitare, Funk Lion à la guitare et à la basse, et Julien Sagot aux percussions et à l’électro.

 

par   Sylvie Clerfeuille  1er juillet 2015 - © Afrisson