Afrisson

Biographie

Sékouba Fatako

   Sékouba Fatako Kouyaté

Sékouba Fatako Kouyaté nous est venu de cette préfecture du Fouta-Djallon, blottie entre Labé, Koubia, Mamou, Dalaba, Dinguiraye (Guinée) et la République du Mali ; cette ville de 6.400 km2 qui s’étale sur 60 km, du nord-ouest au sud-est, et 140 km du nord-est au sud-ouest. Sékouba Fatako Kouyaté est descendu de Tougué pour conquérir, par la musique, les coeurs de nombreux Guinéens. Mais avant, grâce aux ’’hirdè djama", ces veillées populaires au clair de lune, l’artiste qu’il était, a su à coup de compositions mêlant humour, amour et ’’provoc’’, séduire jeunes et vieux, mais surtout les jeunes filles et les femmes, qui se querellaient même pour ses photos !
Sékouba Fatako décède le dimanche 10 juillet 2011 à 23h15, des suites de maladie, à Labé, la principale ville de la moyenne Guinée.

Un chanteur-séducteur

Quand Sékouba Fatako jouait dans un village, les hommes devenaient subitement plus vigilants, pour ne point dire totalement jaloux ! Il était en effet, un chanteur-séducteur, un vrai voleur de cœur, malgré lui. Ayant consciemment décidé de favoriser, ce que j’appelais alors "l’explosion de la musique halpulaar", avec la sortie en 1997 de l’album Mahin de Yéli Sayon Kouyaté, j’ai contacté en 1998, le technicien de son de la Radio Rurale de Labé, Ousmane Télimélé Bah, afin que nous puissions identifier ensemble, d’autres voix de cette musique que je voulais promouvoir.

Sa yata yéto

“Encouragé en cela par l’énorme succès de ma production de “l’homme-ambiance” (Cd Fouta Djallon : “Ambiansi”) en la personne de Yéli Sayon, nous avions pris contact avec Sékouba Fatako, qui viendra à Conakry avec sa maquette et ses idées”, dit Justin Morel Junior (JMJ Music).
“Après auditions et discussions, un contrat sera signé en bonne et due forme, avec comme témoins, son ami M. Tounkara et Ousmane Télimélé de mon côté. Je vais rapidement, fort de ce document, engager l’arrangeur Rakesh Touré, et les répétitions vont commencer jours et nuits, chez moi à Kipé, pour finaliser un opus de grande qualité, enregistré - je vous le révèle aujourd’hui - dans une de mes chambres à coucher ! Et pour chanter "Sa yata yéto’’ qui deviendra le titre éponyme de l’album, j’avais fait isoler Sékouba Fatako dans la salle de bain, pour éviter certaines interférences sonores ! Incroyable, mais vrai ! ”, poursuit Justin Morel Junior.

Sékouba Fatako Kouyaté décède le dimanche 10 juillet 2011 à 23h15, des suites de maladie, à Labé, la principale ville de la moyenne Guinée.
Celui que l’on surnommait le troubadour moderne laisse un vide dans la musique guinéenne que seul le temps comblera par la force du souvenir qu’il éveillera toujours, avec ses paroles osées, ses rythmes chauds et l’exceptionnel timbre de sa voix mâle.
Que son âme repose en paix et que la terre lui soit légère.

* Source : http://www.guineeweb.org/
Justin Morel Junior

 

par   Nago Seck  23 octobre 2008 - © Afrisson