Afrisson

Biographie

Sidiki Diabaté


Né en 1922 en Gambie, Sidiki Diabaté, joueur de kora virtuose, n’est autre que le père de Toumani Diabaté et grand père du beatmaker Sidiki Diabaté Jr (son homonyme), tous deux joueurs de kora. Avec son compatriote, ami de longue date, chanteur et aussi joueur de kora Djélimady Sissoko (père de Ballaké Sissoko), Sidiki Diabaté a contribué, après la Seconde Guerre mondiale, à populariser le répertoire de la musique mandingue de kora, en Afrique de l’Ouest, notamment au Mali où ils se sont installés. Sidiki Diabaté décède en 1996.

Sidiki Diabaté et son ensemble

Membres fondateurs de l’Ensemble Instrumental du Mali, Sidiki Diabaté et Djélimady Sissoko enregistrent en 1970 Cordes Anciennes, un album consacré à l’histoire de leur instrument de prédilection (réédité en 2000). Leurs enfants Toumani Diabaté et Ballaké Sissoko enregistreront à leur tour, le 22 septembre 1997 au Palais des Congrès de Bamako, New Ancient Strings - Nouvelles cordes anciennes !!!
Artiste de renommée internationale, Sidiki Diabaté est sacré “Roi de la kora” au Fespac (Festival Panafricain des Arts et de la Culture) de Lagos, au Nigeria, en 1977. La même année, il est aux Bouffes du Nord à Paris (France) dans le cadre du Festival d’automne, en compagnie de Batourou Sékou Kouyaté (autre virtuose de la kora), Mariam Kouyaté et Wandé Kouyaté, toutes deux chanteuses. Avec son ensemble, il réalise en 1978 l’album Rythmes et chants du Mali, paru chez Sonafric. Sidiki Diabaté et son ensemble sont invités au South Bank Centre de Londres (Angleterre) dans le cadre d’une série consacrée aux Musiques des cours royales (Music of the Royal Court). Leur prestation fera l’objet d’un enregistrement radiophonique réalisée par la BBC en 1987. Ils y relatent l’histoire de Soundiata Keïta, empereur du Mandingue au XIII° siècle. L’ensemble était alors composé de son fils Toumani Diabaté (kora), Bouraima Kouyaté (balafon), Djélimady Sissoko, Kandia Kouyaté et Mariama Kouyaté (voix).

Collaborations

Parallèlement à sa carrière, Sidiki Diabaté a joué avec de nombreux artistes, dont sa femme, la cantatrice Nama Koïta (membre du Ballet National du Mali), le maître du balafon Kélétigui Diabaté, l’exceptionnel vocaliste Kouyaté Sory Kandia (pour trois volumes 33 tours : L’épopée Mandingue), Ali Farka Touré (père de Vieux Farka Touré), et bien d’autres encore
A son décès en 1996, le gouvernement gambien a vivement souhaité qu’il soit enterré dans son pays natal, mais le corps restera au Mali où réside toute sa descendance… Sidiki Diabaté nous laisse de nombreuses chansons devenus populaires, comme “Douga”, “Soundiata”, “Sabougnoumalé”, “Kaïra”, “Djélia”, “Koulandjan”, “Toutou Diarra”, “Bangali Fodé”, “Mamadou Bitiki”, “Tara”, “Djandjon”, “Bélé Bélé”, et bien d’autres encore...

 

par   Nago Seck  8 août 2006 - © Afrisson