Afrisson

Biographie

Sista Mam

   Mariam Sangaré
Artistes Mali | Styles :  Afro-reggae - Reggae

Originaire de Ségou (Mali) au milieu des années 1980, D’une famille pluriculturelle (Malinké, Peul, Soninké, Somono), Mariam Sangaré dite Sista Mam (ou Mama Queen), s’est découvert des talents de chanteuse dès l’âge de 9 ans. Titulaire d’une maîtrise en droit public international et assistante parlementaire à l’Assemblée Nationale du Mali, Sista Mam n’en est pas moins une artiste de grande valeur. Et s’il y a lieu de compter avec une artiste malienne de la musique reggae, c’est bien avec elle ! Influencée par Peter Tosh, Alpha Blondy ou Bob Marley, Mariam Sangaré n’est pas seulement une artiste musicienne, elle fait désormais de grands pas vers une carrière politique. C’est une fervente militante du parti Sadi (Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance), fondé en 1996 par Dr Oumar Mariko, mais également Secrétaire exécutif du forum du Réseau de la Gauche Africaine.

Mariam Sangaré au service de l’Afrique

Mariam Sangaré est une Malienne prête à mettre ses connaissances et son dynamisme au service de la nation. Si, au départ, Sista Mam n’était que chanteuse, elle compte désormais s’impliquer à fond dans la politique de son pays. Néanmoins ses ambitions dans la musique restent intactes à travers les œuvres qu’elle ne cesse de réaliser dans ce sens. Animatrice depuis 2004 d’une émission reggae, “Kingston Road”, sur Radio Kayira de Bamako, Mariam Sangaré intègre pourtant en 2005 la chorale chrétienne Ba Antoine pour parfaire sa technique vocale. En 2006, elle enregistre son premier single Mama, dédiée à sa mère. Plus tard, Mariam Sangaré fonde son propre groupe de reggae, Hakillima Roots. Mais il faudra attendre février 2010 pour entendre Afrique, son premier album reggae - mandingue aux parfums dancehall et rap, parlant des us et traditions africaines, de tolérance, ou dénonçant le sous-développement du continent et l’injustice.
Organisatrice d’évènements culturels, elle a aussi ouvert dans le quartier de l’Hippodrome à Bamako un espace culturel avec restauration, "Pili Pili Hakilima", animé tous les week-ends par son groupe (salsa, rumba, reggae, musique africaine, blues...)

Hommage à Bob Marley

Depuis la célébration du 60ème anniversaire de la naissance de Bob Marley en Ethiopie, Sista Mam organise chaque mois de février un festival de reggae au Mali, avec des conférences-débats sur l’actualité, des expositions d’objets d’art, diverses animations et des concerts live de reggae africain avec des artistes nationaux et internationaux. Pour son implication dans la politique de son pays, Mariam Sangaré dite Sista Mam ambitionne d’être la future locataire du palais de Koulouba dans les années à venir. Pourquoi les années à venir ? Parce qu’elle pense tout d’abord maitriser le programme de l’OTAN, du Fonds Monétaire International (FMI), et bien évidemment le temps pour elle d’atteindre l’âge mature.

Sista Mama et la politique

La venue dans la politique et son choix pour le parti Sadi ne sont pas fortuits. La célèbre Reggae Woman a une vision très avancée de la politique malienne. Selon elle, le seul parti politique au Mali qui a presque la même vision qu’elle est le Sadi, le parti du révolutionnaire Dr Oumar Mariko. Voulant donc savoir ce dont ils ont en commun, Sista Mam n’a pas hésité à prendre pour exemple un cas parmi tant d’autres cas sociaux que défend ce parti à travers l’ONG Médecins de l’Espoir Santé pour la Communauté (Medec/Sapcom) qui, à travers les œuvres sociales, lutte pour assurer la santé de la population, via des campagnes durant lesquelles l’ONG procède à la remise de médicaments et à des consultations gratuites. Elle reconnaît également que le parti Sadi l’a séduite à travers sa manière franche de voir les choses et de dire tout haut ce que les autres disent tout bas.
Sista Mam reconnaît tout de même que dans le jargon des rastas, la politique est interdite. Aussi, l’un de leurs commandements est de veiller au bien-être du peuple malien. Le rasta est en quelque sorte le gendarme de la nation. “Mais aujourd’hui, la politique peut être aussi pour le rasta le chemin de la réussite dans ce combat, car il suffit de créer ou d’adhérer à un parti politique qui a cette vision”, précise t-elle.

 

par   Nago Seck  7 novembre 2010 - © Afrisson

Discographie