Afrisson

Biographie

Sixun


Groupe phare de la scène musicale française, Sixun est composé d’artistes d’origines diverses : française (Jean-Pierre Como, Louis Winsberg, Alain Debiossat), ivoirienne (Paco Séry), sénégalaise (Idrissa Diop, Abdou Mboup) et antillaise (Michel Alibo). Dès ses débuts, Sixun s’illustre par sa quête de nouvelles sonorités et son Jazz-fusion/Jazz-rock), croisements de jazz, de rock, de funk et de rythmes et mélodies afro-antillais...

Genèse

Fondé en 1984 à Paris sous l’impulsion de Jean-Pierre Como (claviers - France), Paco Séry (batterie – Côte d’Ivoire), Louis Winsberg (guitare, guitare synthé - France), Idrissa Diop (percussions - Sénégal), Michel Alibo (basse - Antilles) et Alain Debiossat (sax - France), Sixun s’impose aussitôt avec Nuit blanche (OPEN/OMD - 1985), un premier album qui annonce la couleur musicale du sextet, Jazz-fusion/Jazz-rock), croisements de jazz, de rock, de funk et de rythmes et mélodies afro-antillais. Apparaît déjà leur amour pour les métissages aussi bien musicaux qu’humains, avec deux enfants sur la pochette. Une image qu’on retrouve deux ans plus tard sur leur deuxième disque, Pygmées (OPEN/OMD), en référence aux sonorités pygmées qui ont marqué le batteur Paco Séry mais aussi au pseudonyme que lui ont donné ses amis en raison de sa petite taille, notamment le maroquinier sénégalais Padré. Après un an de concerts, de tournées, de rencontres musicales collectives ou individuelles et le départ, entre-temps, d’Idrissa Diop remplacé aux percussions par son compatriote Abdou Mboup, le groupe enregistre son troisième album Explore qui, comme l’indique le titre, est une exploration des diverses sonorités dont les percussions africaines (« Pauline »), le rock (« Radio Chabada »), le reggae (« Miss Reggae ») et le twist (« Quege touist ») qui ont influencé les membres de la formation. L’année 1989 voit la parution de Live tiré de l’enregistrement en direct d’un de leurs concerts.

Joe Zawinul, la référence

Mais il faut attendre 1990 et la réalisation de L’eau de La dont un hommage à Joe Zawinul de Weather Report (« Zawinul ever be another Joe »), pour que le sextet décolle réellement. En deux ans, ils font 45 dates en France puis signe chez Polygram / Phonogram en 1992. Un an après Nomad’s Land sorti en 1993, un disque où ils explore dans une version afro-jazz-rock le courant musical le plus populaire de Madagascar, le salegy (« Malagasy ») et rendent hommage à James Brown dans « James machine » (un clin d’œil à « Sex Machine ») et à la sanza, ce piano à pouce auquel on attribue des vertus thérapeutiques, les membres du groupe Sixun partent s’installer pour six mois dans le quartier de Brooklyn à New York, ville où ils font la connaissance d’une de leurs références en matière de jazz-rock, le regretté pianiste/claviériste Joe Zawinul à qui ils avaient rendu hommage dans (« Zawinul ever be another Joe » - 1990). Fondateur du fameux groupe de jazz-rock Weather Report, Josef Zawinul dit « Joe » est né le 7 juillet 1932 à Vienne en Autriche mais a des origines hongroises, tchèques et tsiganes. Cet artiste éclectique qui a fait des compositions originales pour le Zawinul Syndicate (Nights in Vienna), a joué avec divers artistes dont le trompettiste américain aujourd’hui disparu, Mile Davis, et produit l’album Amen de la grande voix du Mandingue, Salif Keïta, décède dans sa ville natale le 11 septembre 2007 d’un cancer de la peau.

Lunatic Taxi

Dans la mégapole américaine, Sixun joue dans plusieurs clubs et profite de son séjour pour enregistrer dans les studios de Power Station, avec l’ingénieur du son James Farber, Lunatic Taxi, un album où ils dédient un titre aux enfants (« Les enfants du monde ») et explorent le ragga, un courant musical très prisé aux Antilles (« Raggalibo »), un clin d’oeil à leur bassiste parisien d’origine antillaise, Michel Alibo. A la sortie de l’album en 1995, ils font une longue tournée de promotion qui les mène dans plusieurs villes d’Europe et d’Asie en 1996. Ensuite, la collection La Légende des Best-sellers du label Mercury réalise la double compilation La légende des best sellers réunissant certains titres phares des premier et quatrième albums du groupe, Nuit blanche (1985) et Explore (1988).

Sixun fête ses 20 ans - Live à la Cigale

Entouré de nombreux invités dont les vocalistes Awa Maïga, Isabelle Gonzales, Gaëlle Hervé, Mustapha et les cousins Omar et Daby Touré du duo Touré Touré, le saxophoniste Yebga Likoba, le tromboniste Jean-Claude Onesta et Michel Lorenz à la programmation, Sixun sort en 1998 Nouvelle vague chez WEA/Warner, tourne dans plusieurs villes françaises de faire un break.
Après plusieurs années d’absence - les divers membres du sextet ayant chacun senti le besoin d’aller se nourrir de nouvelles expériences musicales - Sixun fait son grand retour sur scène à la Cigale à Paris en 2005 pour ses 20 ans, avec un nouveau percussionniste, le jeune Stéphane Edouard. Pour marquer le coût, ils réalisent un CD/DVD Sixun fête ses 20 ans - Live à la Cigale paru en 2006, font une longue tournée française et participe à de nombreux festivals de jazz.

Formation qui a su gardé presque son ossature des débuts, Sixun a toujours privilégié les rencontres musicales, invitant des vocalistes et instrumentistes d’horizons divers dont Abdou Mboup / Jaco Largent / Arnaud Frank / Manolo Badrena (percussions), Lokua Kanza / Assitan Dembélé / Sally Nyolo (voix), Ali Wagué (flûte) ou encore feu Willy Nfor (basse)...

*Photo : les membres fondateurs de Sixun

 

par   Nago Seck  2 août 2007 - © Afrisson