Afrisson

Biographie

Tata Bambo Kouyaté

   Fatoumata Kouyaté
Artistes Mali | Naissance : 1950 | Styles :  Musique Mandingue - Afro-pop - World / Musique du monde

Née en 1950 à Niarela, quartier des Niaré et un des plus anciens de Bamako, Fatoumata Kouyaté dite « Tata Bambo » est une des plus grandes divas de la chanson malienne. Sa voix claire et haut perchée a, très tôt, séduit les mélomanes du pays et d’Afrique de l’ouest…

Fille de Djéliba Kouyaté, célèbre joueur de ngoni, Tata Bambo commence à chanter lors des différents évènements de quartier (mariages, baptêmes…) avant d’être chaperonnée par Falaba Issa Traoré qui lui apprend les diverses techniques vocales mandingues et la perfectionne. Au lendemain de l’indépendance du Mali alors qu’elle n’a que 12 ans, elle compose « Bambo » (1962), une dénonciation des mariages forcés. Ce titre, devenu son surnom, restera l’une des chansons les plus populaires de la musique mandingue. Elle sera interprétée pour la première fois en public lors d’un sommet des chefs d’Etat africains organisé par le président Modibo Keïta à Bamako. Suite à cette prestation remarquée, le président de la république exige son intégration dans l’Ensemble Instrumental du Mali où elle côtoie Amy Koïta, Oumou Kouyaté, Dipa Kouyaté, Wandé Kouyaté…

A la sortie d’une cassette éponyme avec le groupe Korossé Koko, Tata Bambo décide, en 1978, de faire une carrière solo qui la mènera aux quatre coins du monde. Mais il faudra attendre 1984, pour écouter son premier album, Jatigui, dédié à ses bienfaiteurs. Elle en réalisera plusieurs autres et posera son immense voix sur des musiques d’artistes d’horizons divers.
A l’écoute de l’évolution du monde, Tata Bambo qui chante avec ses filles Assa Dramé et Fati Kouyaté (auteure du CD Bailo), s’oriente vers une musique de fusion pouvant intéresser les jeunes générations, sans perdre son âme. Elle collabore aussi avec son mari Modibo Kouyaté et son fils Gaoussou Kouyaté, tous deux guitaristes virtuoses.

 

par   Nago Seck  14 mars 2007 - © Afrisson