Afrisson

Biographie

Toko Blaze


D’origine ivoirienne et camerounaise, né en 1973 à Niamey (Niger), Christian Vlei aka Toko Blaze est un amateur du style deejay popularisé à la fin des années 1960 en Jamaïque par des toasters tels que King Stitt, U-Roy, Big-Youth et autres… Toko Blaze a fait ses armes à lʼécole du sound system à Marseille, en France. Ouvert à divers styles musicaux, Toko Blaze s’intéresse au ragga, au reggae, au rap ou encore à l’afro-folk

Avant dernier d’une famille de cinq enfants, Toko Blaze grandit entre l’Afrique et la cité des Rosiers dans les quartiers Nord de Marseille, en France. A l’âge de onze ans, après la retraite militaire de son père, il émigre à Vitrolles, au vieux village où vit toujours sa famille. En 1990, il se passionne pour le rap, découvre le ragga (raggamuffin) et prend goût à la prise de parole. Bientôt, il forme avec Touré et Kurtis Entor le groupe Black Lions.

En avril 1991, le groupe ouvre le premier festival rap au stadium de Vitrolles, en avant-première d’IAM, NTM et Tonton David. Dès lors, démarre son aventure musicale : émission Pollen sur France Inter, les Francofolies de la Rochelle, les Transmusicales de Rennes, Rap Line sur M6... Un EP 4 titres Double Tribu, réalisé avec Black Lions, Wadada et Prince T, sort en novembre 1994 avant le grand split.
Toko Blaze entame alors une carrière solo, multipliant les rencontres artistiques, les collaborations discographiques et les apparitions scéniques. En 2002, il collecte ses œuvres inédites et réalise son premier album solo, Guest Star (Official ragga tchatche), écoulé en peu de temps dans le sud de la France. Accompagné sur scène par le groupe Jamasound, il donne de nombreux concerts en France, en Italie, en Suisse et en Guinée Conakry.

Son album Rythm’n’tchatche, produit par le studio Le Petit Mas à Martigues, prend une orientation musicale originale. Avec la participation d’Akhenaton (IAM), Ba Cissoko et Pee Froiss, Toko Blaze découvre d’autres horizons musicaux : soul teintée de pop, ballade afrodiziak, ragga intimiste...L’album sort enfin, après quelques longs mois d’attente, en 2006, année de la création de la structure Marsafrica et le lancement d’une série de Street albums sous l’appellation Ruff Tuff, en collaboration avec Africa Fête (Cola Production), disponible en concerts et VPC. Riche de ses nouveaux lyrics, qui ont déjà séduit le public marseillais, Toko Blaze sort en Urban Griot, suivi un an plus tard, de L’homme qu’on appelle. L’année 2013 le voit enregistrer Made in, un EP 5 titres réalisé avec l’excellente joueuse de udu d’origine sud-africaine, Sibongile Mbambo (Vent d’exil), et le virtuose de la kora mandingue, Ba Cissoko.

 

par   Nago Seck  7 novembre 2010 - © Afrisson