Afrisson

Biographie

Zaye Tete


Originaire du comté de Nimba, au nord-est du Liberia, Zaye Tete est un artiste de folk libérien. Ancienne membre de la troupe culturelle nationale, elle a été lead vocal, a du fuir le pays au moment de la guerre civile et vit depuis 2004 aux Etats-Unis, à Philadelphie. Elle se produit dans les clubs et les fêtes de la diaspora et a sorti en 2009 l’album The Queen of Folk Songs. un surnom qui lui a été donné par le département de la diversité de l’Université Holy Family à l’occasion d’un spectacle donné dans ce lieu en 2007.

De Toweh Town à Kendeja

Née à en Toweh Town, dans le comté de Nimba, au nord-est du Liberia, dans une famille de 13 enfants. Ses parents cultivent le café et le cacao. Formée par son père, danseur et chanteur traditionnel, elle intègre avec une de ses sœurs un groupe de danse et de chant qui se produit dans les baptêmes, les mariages, les funérailles et les cérémonies officielles. Remarquée dans les années 1970 par le président du Liberia, William Tolbert, en tournée dans la région, elle intègre bientôt la troupe culturelle nationale basée à Kendeja, un village d’artistes proche de Monrovia. Zaye n’a alors que 13 ans et ne connait que le Dan, sa langue maternelle. Elle découvre bientôt les diverses langues et cultures du pays.

Initiation à la culture Sande

A la fin de sa première année à Kendeja, son père la conduit au sein de la ciommunauté Sande doù elle s’initie pendant plusieurs mois à l’histoire, la musique, lan danse et la philosophie du peuple Dan, une expérience dont elle fait profiter la troupe culturelle nationale. Remarquée par le directeur à cette occasion, elle devient danseuse et chanteuse soliste de la troupe. En 1984, la troupe se rend en Corée du Sud à l’occasion d’un festival culturel .

Première guerre civile

En 1990, lorsque la guerre civile atteint la capitale, les membres de la troupe se dispersent et Zaye Tete parcourt à pied pendant deux mois la distance qui sépare la capitale du comté de Nimba où vit sa famille. Elle part ensuite en Côte d’Ivoire, rejoint le camp de réfugiés Danané où elle monte avec d’autres réfugiés une troupe culturelle et donne des spectacles pour les réfugiés. Elle y restera jusqu’en Novembre 2002, lorsque la guerre éclate en Côte-d’Ivoire.

Deuxième guerre civile

Elle s’enfuit alors au Ghana, rejoint un autre camp jusqu’à l’été 2004 où elle émigre aux États-Unis. Elle vit depuis cette date en exil proposant dans les fêtes et les clubs de la diaspora des spectacles valorisant le folklore libérien.

 

par   Sylvie Clerfeuille  17 octobre 2014 - © Afrisson