Afrisson

Biographie

Ziskakan


Groupes France -  Réunion | Création : 1979 | Styles :  Maloya - Afro-fusion

Fondé en 1979 à La Réunion par des militants de la créolité, le guitariste et chanteur, Gilbert Pounia (père de la chanteuse Maya Pounia aka Maya Kamaty), Alain Armand (percus, voix) et Bernard Payet (voix), le groupe Ziskakan réhabilite un maloya aux accents indiens et aux chants mélancoliques inspirés parfois par Alain Peters.

La formation du groupe

Fin des années 1970, dans l’île de La Réunion, des poètes, des écrivains et des musiciens se mobilisent en faveur de la langue créole et de la culture réunionnaise. Dans ce contexte que l’association Ziskakan voit le jour en 1979, à l’instigation d’un groupe d’amis entraîné par Gilbert Pounia, auteur-compositeur, arrangeur, guitariste et chanteur. Le but de cette association culturelle est "la valorisation et la propagation de la culture réunionnaise".

La musique de Ziskakan

La vague des musiques africaines ayant ouvert la voie, un nouveau public international est séduit par ces sonorités, ces timbres et ces rythmes de l’Océean Indien, hybrides et singuliers. Dès lors, parmi les groupes réunionnais qui pratiquent l’alchimie en mariant maloya, séga, musiques indiennes, tambours malbars, percussions africaines, reggae, jazz, pop et textes créoles, Ziskakan va faire figure de locomotive.

Ziskakan, le groupe référence

Avec les Danyel Waro et autres Ti Fock, musiciens de sa génération animés du même esprit, Ziskakan contribue à révéler au monde des années 1980 les valeurs de la culture créole réunionnaise. Édition du magazine Sobatkoz, formation du Groupe d’étude et de recherches créoles (Grec), installation de la radio libre Ziskakan, spectacles de théâtre, de poésie, de musique et de danse en collaboration avec les associations de quartiers, aucun moyen n’est négligé pour aider la population à retrouver confiance en elle par la reconnaissance de ses racines.

Depuis, le groupe Ziskakan a continué son ascension et a produit une dizaine d’albums, sous diverses formations et dans des contextes géographiques différents, de la Réunion à l’Inde en passant par l’Afrique et en associant des instruments, des rythmes, des couleurs, des sonorités venues d’ailleurs. Dans les années 1980, avec les albums ("Ziskakan", "Péi Bato Fou", "Moringer", "10 Zan"…), Ziskakan, devenu le groupe référence de l’île, ouvre les portes à d’autres formations comme Zanzibar, Fenoamby, Persée Polis, Sabouk, Zetwal Katrer ou Maloya Zone 7.

Reconnaissance internationale

La reconnaissance arrive aussi de la métropole pour Ziskakan avec Philippe Constantin (1944-1996), journaliste, découvreur de talent, éditeur et producteur de musique (Clouseau Musique, Mango, Polygram, Sankara), qui offre au groupe un contrat lui permettant d’aborder les scènes internationales. En 1994, dans la foulée de l’album "Kaskasnikola", le festival Africa Fête le programme sur sa tournée américaine aux côtés d’Angélique Kidjo. Les batailles finissent par porter leurs fruits. Sur le nouvel album, "Soley Glasé" (1996), l’amertume des combats semble avoir stimulé la passion intérieure de Gilbert Pounia, qui s’y révèle à son plus haut niveau d’expression, complexe, secret, envoûtant. Ziskakan tournera dans le monde entier, diffusant son maloya soutenant leurs textes engagés chantés en créole.

Récompenses et célébration

Pour son travail, sa recherche, sa création musicale, le groupe Ziskakan est lauréat en 1997 du "Meilleur artiste d’Afrique de l’Est" aux Kora Awards. En 2007, Ziskakan est sacré Meilleur groupe aux Césaire de la Musique à Paris. En 2009, le groupe fête ses 30 ans.

"Ziskakan", le livre

Paru en 2013 aux Editions Des Bulles dans l’Océan, le livre "Ziskakan" illustré par Hippolyte et Emmanuel Prost est le résultat d’un travail pour un spectacle sons et dessins retransmis sur grand écran, sur la scène du théâtre en plein air de Saint-Gilles en 2011. Pour la première fois les partitions musicales pour guitare, complétées des textes en créole et en français, sont éditées. La langue créole métissée est magnifiée par les images des deux artistes, peintres et photographes.
En 2011, le groupe Ziskakan se composait de Gilbert Pounia (guitare, kaboss, ravabass, voix), Gérard Clara (roulèr et chœurs kayamb, derbouka), Ludovic Pérez (batterie, kayamb, triangle), Mishko M’ba (basse), Ruben Savariaye (chœurs, percussions), Daniel Riesser (guitare).

 

par   Nago Seck  7 mai 2007 - © Afrisson