Afrisson

Atalaku


Articles -  Culture - par   Nago Seck  - 6 juillet 2008

Dans les deux Congo l’atalaku (“regarde par ici” en lingala) joue plus ou moins le même rôle que le griot laudateur en Afrique de l’Ouest. L’atalaku est un animateur – chanteur – danseur - laudateur qui vante les mérites de telle personnalité, musicien, voire entreprise… Il est devenu un élément très important de la chorégraphie et la musique moderne congolaises.

L’animation de l’atalaku est faite d’onomatopées, de borborygmes, de proverbes spécifiques et de paroles brèves souvent empruntées aux folklores des 250 communautés congolaises dont les Téké, les Kongo, les Mongo, les Luba, les Lunda, les Tchokwé, les Tetela, les Bangala, les Shi, les Nande, les Hunde, les Nyanga, les Tembo ou encore les Bembe…Cette animation soutenue originellement par des instruments traditionnels comme le lokolé et le ngoma acquiert un relief particulier.

L’atalaku synthétise la quintessence d’un tournant majeur dans la musique congolaise tout en relevant l’ouverture singulière vers les autres musiques du monde. Puisant de plus en plus dans les folklores nationaux, des artistes congolais incarnent aujourd’hui une catégorie de musique bien à part et qui fait danser toute une génération sur une rythmique qui passe avec une aisance déconcertante du soukouss au ndombolo. Des courants musicaux urbains comme le mapouka, le zouglou et le coupé-décalé ivoiriens, le zouk et le ragga antillais ou encore le rap des jeunes Français (nés de parents africains) ont adopté le style atalaku.
Plusieurs artistes et formations ont intégré ce genre dans leurs créations : Zaïko Langa Langa, Evoloko Joker, Nioka Longo, Viva La Musica ou Nouvelle Ecriture (de Papa Wemba), Quartier Latin (de Koffi Olomidé), Anti-Choc de Bozi Boziana, Wenge Musica Maison Mère de Werrason, Wenge BCBG de JB Mpiana, Wenge Tonya Tonya d’Adolphe Dominguez et tant d’autres encore…

Parmi les atalakus les plus en vue de la scène congolaise, on peut citer : Océan, Céléo Schramme, Bill Clinton, Toutou Kaludji, Bizima, Lipasa, Alpachino, Jules Ndombolo, Théo Mbala, Djuna, Reagan, Nono Manzanza Atalaku, Chalé ele Djickain, Rouff Mbutanganga, Tata Mobitshi Trinita, Pitchu, Roddy, Shona…Certains de ces atalakus ont été réunis occasionnellement pour des enregistrements discographiques : Unité congolaise de Fara-Fara et Street sebene dream team d’Atalaku.

 

par   Nago Seck - 6 juillet 2008 - © Afrisson