“Photographe reporter professionnel, Bill Akwa Betote (Bétotè) a été de toutes les aventures musicales de la scène africaine depuis les années 1980. Ses photos ont été publiées par les plus grands journaux français et africains et ont donné lieu à de nombreuses expositions. Bill Akwa Betote disparaît le jeudi 15 octobre 2020, après des années de lutte contre le cancer.”

En 1972, Bill Akwa Betote quitte le Cameroun pour Paris. Et une passion depuis l’enfance : la photographie; incongruité sur le continent noir où l’image se charge d’une symbolique puissante.

Armé de sa chambre noire, il signe ses premières photos et ses premières galères dans les médias noirs tels que Jeune Afrique, Afrique-Antilles, Muziki Magazine, Bingo… Et s’engage définitivement dans la profession, tel un privé dans Babylone.

Puis rapidement il sera l’un des premiers photographes africains à collaborer avec la presse française. De Libération au Nouvel Observateur en passant par Cosmopolitan…

Akwa Betote, c’est en effet, un regard qui fixe sur la pellicule l’émergence de nouvelles cultures aux colorations métisses; avec Paris et ses banlieues comme port d’attache. Un travail insolite, inédit, un regard noir d’un mutant sur les mutants qui participe tant aux instants fugitifs de la rue, de la nuit, des visages quotidiens qu’aux vibrations des lieux qui naissent et meurent…

Une photographie qui puise sa vitalité dans le mouvement, le plaisir de la surprise, l’impertinence du regard, la liberté du langage… En tout cas l’arrivée d’un photographe au regard intime et profond qui mêle incongruité et macro-histoire, et crée sa propre dynastie.

Akwa Betote est un photographe des milieux, un témoin, un sujet , une langue en lui même, pas seulement celle des images mais celle qui permet de parler de l’image dans quelque circonstance, dans quelque endroit que ce soit.

Jacques Matinet

*Source: https://www.billakwabetote.com/fr/

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire