jean_bikoko.jpg
Dans les années 1920/1930, une danse et un rythme joué originellement par le peuple Yabassi de la région de Douala, l’ambas-bay (nom anglais de la Baie d’Ambas dans le Golfe de Guinée au large de Douala), se répand dans tout le Cameroun. L’ambas-bay a donné naissance au makossa et à l'assiko. Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA) ”

Assiko Story

L’ambas-bay se jouait originellement avec le «~moundende~» (petite guitare à 4 ou 5 cordes). Le guitariste faisait circuler sa musique dans les villages, accompagné par le public qui donnait la rythmique à l’aide de bouteilles frappées avec des fourchettes. Les guitaristes étaient également d’excellents danseurs, continuant souvent à jouer tout en sautant sur une table.

jean_bikoko.jpg

Les artistes de l’ambas-bay ont largement influencé le jeu de basse de la plupart des musiciens camerounais. Dans les années 1935/1940, l’ambas-bay évolue et prend le nom d’assiko.

A la fin des années 1950, Jean Bikoko Aladin devient l’une des plus grandes vedettes du genre.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire