video-3.jpg
“Pour composer son troisième album, Diho réunit non seulement les influences artistiques mais aussi les partenaires professionnels de ses deux régions, Cola Production basée à Marseille et Musique à Mayotte basée en Océan indien, s’associent pour coproduire et promouvoir l’album sous le label Africa Fête Diffusion, en assurant une diffusion dans les deux espaces géographiques. Cet album a été réalisé au Studio Da Town par Ulrich Edorh. https://www.youtube.com/watch?v=1ymr_wO7Y5o

La musique de cet album part de compositions uniques et simples à la guitare et au ndzendze ya shitsuva, avec des structures laissant l’espace et la respiration d’un travail de bluesman, et teintées d’une ambiance pop, parfois rock, qui ouvre les morceaux. Les éléments rythmiques de base sont déterminés par les percussions traditionnelles de Mayotte, les meilleurs instrumentistes de l’île ont participé à l’enregistrement des ces rythmes : chigoma (rythme binaire d’une danse masculine le soir des mariages), patrossi (musique de transe pour faire appel aux esprits), mchogoro (rythme ternaire utilisé dans la journée du mariage). C’est avec ces éléments que Diho est venu en studio à Marseille.

Ainsi l’album part d’une base de mélodies qui sonnent comme des balades et des rythmiques très puissantes, inédites en Europe (et même pour certaines, inconnues en Afrique). Ulrich Edorh puisant ses connaissances dans les musiques noires américaines a créé un studio tout analogique donnant du relief à l’acoustique de ses créations. C’est donc dans l’optique de faire découvrir la musique de Dihao au plus grand nombre qu’il a pensé les arrangements de l’album et lui a apporté sa couleur universelle. Il a accentué la teinte pop et rock avec des prises de sons très modernes (chœurs rock et gospel, basse afro-latine, batterie jazz/reggae…).
Chaque morceau obtient ainsi une identité propre tout en restant fidèle à la personnalité créatrice de Diho. Son chant s’est ensuite posé sur chacun des titres en s’adaptant à chaque type d’arrangement, l’unité de l’album se trouvant dans la particularité de son timbre de voix.

Les paroles sont empreintes d’une sagesse qui manque parfois, autant dans la petite île de l’Océan indien en plein essor vers la modernité, que dans le monde occidental actuel. Les textes revendiquent la patience, la réalisation de chacun dans le respect des autres et dans le respect d’une tension entre le passé et l’avenir. Diho propose des clés à l’équilibre des hommes : l’écoute entre les générations, l’unité, la paix intérieure en s’écartant de la jalousie et de l’envie, la grandeur de l’âme humaine et son éventail de possibilités, le regard sur la beauté des choses simples, la générosité de l’amour à l’inverse de la possessivité…
C’est aussi dans cet esprit que l’album a été réalisé et l’ensemble des musiciens qui y ont contribué et qui accompagneront la scène ont été invités pour leurs qualités artistiques, professionnelles et humaines, afin d’apporter un maximum d’intelligence, de spontanéité et de grandeur à ce projet.

source : http://www.africafete.com/article.php3?id_article=319

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire