“Fusion de musique des hauts plateaux et d'opérette occidentale, «~l'opérette malgache~» ou «~kalon'ny fahiny~» va dominer des décennies d'histoire musicale malgache. « L’opérette malgache » ou « kalon’ny fahiny » fait son apparition dans les années 1930 incarnée par la troupe Jeannette dont le titre « Yaninkaza dia » (fleur sauvage) est devenu un classique. L’âge d’or de l’opérette malgache a lieu dans les années 1950 dominé par le grand compositeur Naly Rakotofiringa. Ludger Andrianjaka qui chante avec Brassens à la Sorbonne en 1956 interprète de sa voix de ténor des textes de la vie rurale. Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA)”

Madagascar : Musiques de la côte et des hauts plateaux / Music of the Coasts

En 1964, les frères Railovy obtiennent un disque d’or avec «~Hisy hahatsiarovanova~» et tournent en France avec Tino Rossi et Dario Moreno. Odeam Rakoto popularise le folklore de Tana. Henri Ratsimbazafy enregistre avec le compositeur Roland Rabelison «~le lamba blanc~» (le châle blanc) au rythme sega dont le succès s’exporte à la Réunion et à l’ile Maurice. Ce classique de l’opérette malgache a été repris notamment par le chanteur Pierre Roselli.

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire