aicha_mint_chigaly_scene-2.jpg
L'ardin est un cordophone. C'est une harpe jouée par les femmes en Mauritanie et en pays Sahraoui. L'ardin dont se servent les iggawins ou iggawen ( griotes en maure), est une harpe angulaire comportant environ une dizaine de cordes (nombre variable). Le texte ci-dessus est sous licence libre (CC-BY-SA) The ardin is a stringed instrument. It is a harp played by women in Mauritania and Sahraoui area. ”

Griote De Mauritanie

Le manche, qui mesure plus d’un mètre de long, s’enfonce à l’intérieur d’un résonateur hémisphérique en calebasse recouvert d’une peau tendue. Les cordes, qui forment un réseau perpendiculaire au plan du résonateur, sont tendues entre celui-ci et les chevilles disposées régulièrement, à divers niveaux, le long du manche. Des bruiteurs (plaques métalliques circulaires bordées de petits anneaux) sont fixés sur le résonateur. Le résonateur qui, comme son nom l’indique, amplifie les sons produits par les vibrations des cordes, fait souvent office de tambour. aicha_mint_chigaly_scene-2.jpg Dans certains cas, lorsqu’une joueuse d’ardin chante tandis que d’autres musiciens l’accompagnent (au tidinit par exemple), elle cesse de jouer sur les cordes de son instrument et frappe comme sur un tambour, contre la peau qui recouvre le résonateur. Parfois, elle joue d’une main sur les cordes et de l’autre sur la peau du résonateur. D’autres fois, surtout dans les moments où le rythme doit être nettement marqué, une de ses compagnes s’approche de l’instrument et frappe elle-même sur ce tambour-résonateur tandis que l’autre fait vibrer les cordes. The ardin played by Moorish griottes, is a ten strings angular harp. The one metre long neck is introduced into a hemispherical gourd made resonator and covered with a tense skin. Strings, which form a network perpendicular to the resonator, are stretched out between the resonator and pegs are fixed regularly along the neck. Metal sonnailles are tied on the soundbox. The musician plucks strings and knocks at the same time with the thumb on the skin to mark the rhythm. In certain cases, when a ardin player sings whereas the other musicians back up her (with the tidinit for example), she stops plucking the strings and knocks on the ardin as on a drum. Sometimes, she plays, a hand on strings and the other one on the resonator. Sometimes, especially when the rhythm must be emphasized, one of her partners approaches the instrument and knocks on this drum-resonator whereas the other one plucks strings.

Attached documents

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire