Le Rap est arrivé au Cameroun à la fin des années 80 et quelques artistes ont émergé comme Krotal. En 20 ans, le mouvement s’est répandu dans tout le pays et les groupes continuent de se multiplier. Ils sont environ 250 à manier le Bassa, Ewondo, Douala, (les trois langues principales au Kamer), le Français et l’Anglais pour faire passer leurs messages autant que sur les problèmes économiques et politiques, la liberté d’expression, les enfants des rues, la place des femmes dans la société, le sida ... ”

Les Rappeurs disposent de peu de moyens mais aujourd’ui s’organise un festival , Kamer Hip Hop qui accueille des artistes de la sous région et certains artistes commencent à s’exporter comme Krotal qui a joué au Sénégal : Largement influencés par les artistes américains et français, certains font se rapprocher hip hop et musiques nationales : Bikutsi, Mangambeu, Chants Pygmés et Makossa)…

En dix ans, les « vieux » groupes se sont divisés, reformés, modifiés. Ils ont été rejoints par une armée de jeunes artistes qui tiennent le temps d’un morceau, tentent de nouvelles expériences en solo et passent quelques semaines à la radio, . Certains jeunes talents émergent aujourd’hui comme Ak Sang Grav, Rage 2 Z Vil, Parol, Big Bzy, Valsero, Koppo, C-minaire, Taphis… (et ça ne waka pas!!!!!!!!)

Source : laurent.antibi.perso.sfr.fr

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire