Titres: 1. Sodade ; 2. Visions ; 3. Little Green ; 4. Tabla interlude ; 5. Paper Planes ; 6. Triste ; 7. Moray ; 8. Deluge ; 9. Oju oba ; 10. My time is when ; 11. Rag Desh : Alaap ; 12. Rag Desh : Teental Gat ; 13. Rag Desh : Meltdown ; 14. Sodade interlude ; 15. When (bonus track) ”

Visions

Visions, telle une mosaïque nous présente une nouvelle voix incroyablement originale et tournée vers le monde. Chanteuse et compositrice, Kavita Shah allie de nombreuses influences musicales, culturelles et personnelles en un formidable premier album combinant quintet de jazz, tablas indiens (Stephen Cellucci) et kora ouest-africaine (Yacouba Sissoko), le tout coproduit par Lionel Loueke, le célèbre guitariste de jazz béninois qui partage les inspirations de la chanteuse et sa vision d’une musique aux multiples influences. Dans cet album, Kavita Shah s’attaque avec respect et une bonne dose d’audace à certains monuments de la musique (“Sodade” de Cesaria Evora, “Visions” de Stevie Wonder, “Little Green” de Joni Mitchell, “Paper Planes” de M.I.A, “Deluge” de Wayne Shorter….) mais propose aussi certains arrangements tout aussi personnels de ragga traditionnels.

Musiciens: Kavita Shah (coproductrice, auteure, compositrice, arrangements, voix) ; Lionel Loueke (coproducteur, guitare, voix) ; Miho Hazama (directeur musical) ; Steve Wilson (saxophone, flûte) ; Yacouba Sissoko (kora) ; Michael Valeanu (guitare) ; Steve Newcomb (piano) ; Linda Oh (basse) ; Guilhem Flouzat (batterie) ; Stephen Cellucci (tabla) ; Rogerio Boccato (percussion) ; Curtis Stewart / Tomoko Omura (violons) ; Nick Revel (viola) ; Will Martina (cello)

Kavita Shah

Réputée pour ses talents de chanteuse, compositrice et d’arrangeur, Kavita Shah est née à New York de parents indiens. Elle grandit à Manhattan où elle commence à 5 ans à apprendre le piano classique. Dès l’âge de 10 ans, elle joue régulièrement au Carnegie Hall and Lincoln Center en tant que membre du Chœur des Jeunes primés de NYC. Sa musique incorpore des éléments indiens, brésiliens et maliens au sein d’un langage et d’un répertoire ancrés dans le Jazz.

Kavita Shah a obtenu sa licence de Lettres (études latino-américaines) à Harvard College, où elle a reçu le prix “Cultural Agents Thesis” et le prix “Kenneth D. Maxwell” pour ses recherches ethnomusicologiques sur la musique afro-brésilienne contemporaine et la politique. Elle a eu son Master Jazz Voice (Voix du Jazz) à Manhattan School of Music, l’école de musique de Manhattan où elle a étudié avec des artistes tels que Theo Bleckmann, Peter Eldridge, Steve Wilson et Jim McNeely.

Découverte dans le métro new-yorkais, Kavita Shah investira ensuite divers lieux : National Jazz Museum à Harlem, Rubin Museum, Cornelia Street Café, Bar Next Door, 55 Bar, Shapeshifter Lab, Minton’s Playhouse, NuBlu, Nuyorican Poets Café, University Club, Harvard Club, New Jersey Performing Arts Center, Vermont Jazz Center et le prestigieux Northeast du Kennedy Center (DC).

En 2011, Kavita Shah est demi-finaliste du concours “Voicingers International Jazz” organisé à Zory, en Pologne, et depuis, elle a joué en France, en Belgique et en Allemagne. Nominée “Révélation vocale de l’année 2012” par le Downbeat Magazine (magazine de presse américain consacré au jazz et au blues), elle est aussi récompensée par un “ASCAP Young Jazz Composers Award” en 2013 (Award des jeunes compositeurs de jazz).

Kavita Shah travaille régulièrement avec des compositeurs contemporains, et a présenté plus de 12 œuvres, accompagnée d’ensembles de musique de chambre ou de grands orchestres philharmoniques de jazz. Elle dirige parallèlement le Brazil Trio, un quintet jazz et le 3rd World Orquestra, un ensemble avec tabla, kora, une section rythmique et des cordes. Elle est aussi membre du Steve Newcomb Orchestra et lead vocal du projet « Rabi Thakur » du virtuose du tabla Samir Chatterjee.

Kavita Shah a aussi collaboré avec de nombreux autres artistes, comme Sheila Jordan, Peter Eldridge, Steve Wilson, Linda Oh, Gilad Hekselman, Rogerio Boccato, Pierre de Bethmann, Stephen Cellucci, et bien d’autres encore…

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire