“Né le 28 février 1930 à Saint-Benoît, à la Réunion, Julien Ernest Philéas aka Granmoun Lélé est un auteur-compositeur et interprète. Le mot Granmoun est un terme créole réunionnais désignant les personnes âgées.
Avec sa famille, dont ses enfants Julien Ernest, Urbain, Willy, Marie-Claude et Béatrice, Granmoun Lélé est l'artisan du réveil culturel réunionnais depuis plus de vingt ans, popularisant le versant rythmique et traditionnel du maloya. Granmoun Lélé dit "Pépé Dynamite" décède le 14 novembre 2004 à 74 ans des suites d'une longue maladie rénale à son domicile à Saint-Benoît. Il nous laisse plus de 200 chansons.”

Les kabars

Adolescent, Gramoun Lélé travaille comme ouvrier-ajusteur dans une usine sucrière. Après sa semaine de travail, il chante dans les Kabars, ces lieux où, selon l’héritage malgache, les hommes et les femmes se réunissent pour danser au son des instruments traditionnels de l’île. Dans ces Kabars, l’on joue aussi du maloya, cette musique héritée des ancêtres réduits en esclavage qui, depuis l’Afrique, amenèrent leurs percussions et leurs rythmes mystiques. Référence musicale de la Réunion, le maloya, rythme ternaire, est joué avec le roulér (rouleur), un gros tambour au son de basse, le kayamb (hochet en radeau), le triangle, le piqueur (bambou) et le bobre (arc musical).

Initiation

Initié très jeune aux rites tamouls par son père, et aux cérémonies malgaches par sa mère, Gramoun Lélé conserve dans son maloya une dimension spirituelle. Il s’inspire de ses rêves, de ses expériences et de la nature qui l’entoure. Mais c’est dans le cadre de la famille que l’artiste cultive réellement ses racines musicales. Parmi les douze musiciens qui accompagnaient sa voix unique pendant des années, sept d’entre eux étaient ses enfants.

Hommage

Pour ses 70 ans, un hommage a été rendu en 2000 à cet artiste qui était membre du Parti Communiste Réunionnais (PCR) de la section de sa ville natale, Saint-Benoît. Y ont participé ses enfants et plusieurs autres musiciens de la Réunion.

Groove Lélé, la relève

Après le décès de Gramoun Lélé en 2004, quatre de ses enfants, Urbain Philéas, Willy Philéas, Marie-Claude et Béatrice, décident de continuer l’aventure avec le groupe Groove Lélé.

Reconnu désormais comme l’un des groupes phares du maloya, Groove Lélé continue de transmettre l’héritage musical familial que leur a transmis leur père Gramoun Lélé dans le même état d’esprit tout en nourrissant sa curiosité de découverte et de partage.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire