Titres : 1. Tinde De Femmes, 2. Chant De Mariage Alewen, 3. Chant Religieux El-Borda, 4. Danse De tazengharaht, 5. Flute Tazammart, 6. Tinde De femmes 'Enene', 7. Tinde D'hommes, 8. Viele Imzad, 9. Chant Ancien Asahagh, 10. Tinde D'hommes, 11. Tinde De Femmes 'Ehemmiya', 12. Danse De Tehidjelt, 13. Danse De Tazengharaht, 14. Berceuses, 15. Chant De Chameliers, 16. Gtr, 17. Gtr, 18. Electrique Gtr. Enregistrements de Michel Vionnet, Jean-Louis Garnier (1990) et Nadia Mécheri-Saada (1980). Notice en français et anglais. 1 CD Le Chant du Monde LDX 274974, 1994. Durée totale : 70’.”


Répertoire traditionnel

Hoggar. Musique des Touareg présente un inventaire presque complet des différents genres instrumentaux et vocaux pratiqués dans le Hoggar, tous enregistrés sur le terrain, dans leur contexte d’exécution. Ces cinq tindé d’hommes et de femmes sont des chants de mariage āléwen accompagnés de tambourins, de chant religieux d’hommes el-borda, dans lequel on distingue nettement une voix aiguë à la quarte, des flûtes tazammart admirablement accompagnées d’un bourdon chanté par le flûtiste lui-même, une vièle imzad jouée en solo ; des chant ancien asahagh, des chant de chameliers et de berceuses, des chants de danse des hommes tazengharat assortis des fameux « ahem-hem » gutturaux et de danse tehigelt accompagnée de grands tambourins.

Chants de rébellion ishumar

Les trois dernières plages sont consacrées à la « nouvelle » musique touarègue qui s’inspire des chants créés par les rebelles du Mali et du Niger. Ces derniers ne veulent apparemment plus s’identifier aux répertoires traditionnels car ils représentent des idéaux régionalistes et conservateurs dont justement les idéologues cherchent à se débarasser. Afin de promouvoir l’unité et l’identité de la nation touarègue, ces chansons exaltent l’ardeur révolutionnaire, le militantisme et stigmatisent une nouvelle interprétation de la culture touarègue. Ce qui les rend particulièrement accessibles au public jeune, c’est qu’elles sont accompagnées à la guitare (parfois électrique), sur des airs dont les mélodies ne sont plus que de pâles réminiscences de celles du répertoire traditionnel, et dont le style d’exécution évoque irrésistiblement celui des chants d’autres populations en révolte dans le voisinage saharien.

La brochure accompagnant ce disque donne quelques informations d’ordre général sur les Touaregs par Jean-Louis Lamande, auteur du film « Issalan – chronique touareg » durant lequel les enregistrements ont été réalisés, ainsi qu’une brève introduction à leur musique par l’ethnomusicologue algérienne Nadia Mécheri Saada, spécialiste de la musique des Touaregs du Hoggar. Cette dernière déplore la disparition inexorable de l’imzad et de la flûte au profit des « nouvelles musiques » et de la musique d’influence arabe. Un petit glossaire permet de se familiariser avec la terminologie utilisée dans les titres

Source : http://ethnomusicologie.revues.org/1484

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire