“Après des études en histoire de l'art et des civilisations, Jo Maka se consacre au sax. Dans les années 1950 à Paris, il joue avec des groupes africains et antillais. En 1979, l'artiste guinéen rejoint C.T. Fall (percu) et B. Few (piano) pour un trio. Ensemble, ils enregistrent l'album Jom Futa. Après des études en histoire de l'art et des civilisations, il se consacre au sax. Dans les années 1950 à Paris, il joue avec des groupes africains et antillais. En 1979, il rejoint C.T. Fall (percu) et B. Few (piano) pour un trio.”

Jom Futa – A Tribute To Jo Maka

Jo Maka est né en avril 1929 à Conakry, Guinée, d’un père gabonais et d’une mère sierra-léonaise. Il a été initié à la musique dès son plus jeune âge par son père qui dirgeait un groupe. Pendant les années 1950 en France, il a étudié l’histoire de l’art et des civilisations, tout en étudiant le saxophone. Il a ensuite participé à l’explosion des musiques africaines et antillaises sur la scène parisienne et a collaboré avec divers artistes, dont Francois Tusques, Alain Jean-Marie, Cheikh Tidiane Fall, Bonga, Bobby Few, Adolph Winkler, François Tusques, Louis-Xavier, Nina Simone, Georges Gaumont, etc. Jo Maka a été à l’origine de l’IACP (école de musique), créé par Alan Silva. En qualité de professeur, il excellait dans l’éveil des talents et a contribué à donner à la musique africaine une dimension universelle. Il est décédé en mars 1981.

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire