Née le 12 octobre 1966 à Yaoundé, au Cameroun, Catherine Edoa Ngoa Balla aka K-Tino, dite Catino ou "la femme du peuple", est une chanteuse de bikutsi, le rythme 6/8 des peuples Béti – Fang auquel elle greffe de la pop, de la soul ou du funk - elle est du peuple Béti. Celle que l'on surnomme Catino à ses débuts, puis "la femme du peuple", "la mère bonheur", "la mère joie" ou "la reine du bikutsi", se distingue par ses tenues vestimentaires osées et ses chorégraphies érotiques. Chanteuse, danseuse la plus provocante de la scène camerounaise, K-Tino se distingue par ses tenues vestimentaires osées et ses chorégraphies érotiques.”

Ses débuts

K-Tino se distingue à la fin des années 1980 en s’emparant d’un micro lors d’un spectacle de Chacal au cabaret Escalier Bar de Yaoundé. Et sur les conseils de Théodore Epeme aka Zanzibar, guitariste virtuose du fameux groupe de bikutsirock Les Têtes Brûlées, devenu son mentor, elle intègre comme chanteuse le groupe Les Zombis de la capitale où évolue l’auteur-compositeur et chanteur Sala Bekono.

En 1991, K-Tino sort son premier album « Ascenseur », enregistré avec Tino Beauregard (guitare), Félix Akono (basse), B. Robert (keyboards), Yves Abanda (tumba) et Ange Abanda (chœurs). Chantées en éwondo et en français, ses paroles sont jugées obscènes et immorales par une certaine presse qui lui reproche de parler du sexe d’une manière indécente et d’appeler les jeunes et les femmes à la débauche et à la nudité avec ses tenues vestimentaires aguichantes.

Réalisations discographiques

Suivent plusieurs autres albums : « Thermomètre » (1993), « Cassé Bambou » (1995), « La Petite Adeda (1998), « Viagra – Baisse-toi », « Ekobo » et « Egalité oblige » (disque d’or – 2000), « Action 69 » (2001), « Ekargator Okalga tor » (2002), « Ne pousse pas… le bouchon loin » (K-Tino & Quartier Poto-Poto), « K-Tino & Poto-Poto » et « Best of Vol. 1 » (2003), « 7e ciel » (2006), « Gueguene » (2009) et « La danse bankalisée » (2010) ou encore « Atacho – La danse « Bankalisé » (2011)…

Au début de l’année 2014, K-tino déclare qu’elle arrête la musique et les danses obscènes pour se sacrer à Dieu. Elle rejoint alors l’église Céleste Ville de Libreville, la capitale du Gabon, continuant à interpréter le bikutsi.

K-Tino & Mani Bella

En 2017, Koumba Boy produit « Le secret de Mama », un single réunissant K-Tino dite « la reine du bikutsi » et Mani Bella surnommée « la princesse du bikutsi ».

Discographie

1991 – Ascenseur – K7 – Chalet Productions Vol.1

1993 – Thermomètre – K7 – Nkul Nnam

1995 – Cassé Bambou – K7 – Nkul Nnam

1998 – La Petite Adeda – K7 – Nkul Nnam

2000 – Viagra – Baisse-toi – CD – JPN Paris

2000 – Ekobo – K7 – Nkul Nnam

2000 – Egalité oblige – CD – Polla Production

2001 – Action 69 – CD – Nkuln nam

2001 – Le meilleur du bikutsi (K-Tino, Rantanplan & Fam Ndzengue) – Compil CD – MC Pop Music

2002 – Ekargator Okalga tor – CD – Nkuln Nam

2003 – Ne pousse pas… le bouchon loin (K-Tino & Quartier Poto-Poto) – CD – Nkul Nnam

2003 – K-Tino & Poto-Poto – CD – Sims Production

2003 – Best of Vol. 1 – Compil CD – Nkul Nnam

2005 – Best of Vol. 2 – Compil CD – Nkul Nnam

2006 – 7ème ciel – CD – Nkul Nnam

2009 – Gueguene – CD – Nkul Nnam

2011 – Atacho (La danse « Bancalisé ») – CD – Ekila Music

2012 – Best of K-Tino – Compil CD – Ekila Music

2017 – Le secret de Mama (Mani Bella feat. K-Tino) – Single – Production Koumba Boy

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire