“Née en 1934 au Mali, dans une grande famille de griots, Mokontafé Sako fut une des grandes divas de la musique mandingue malienne version "bamananfoly", la musique bambara qui occupe une place prépondérante dans la culture malienne. Chanteuse très populaire pendant les deux premières décennies après l'indépendance du Mali acquise le 22 septembre 1960, membre fondateur de l'Ensemble Instrumental National du Mali, Mokontafé Sako disparaît le 25 décembre 2002.”

Ensemble National Instrumental du Mali

Après l’éclatement en août 1960 de la Fédération du Mali (Sénégal et Soudan français devenu l’actuel Mali), Mokontafé quittait Dakar dans la délégation de Modibo Keïta afin de rentrer à Bamako. Etant proche de la famille du président Modibo Keïta, elle avait été demandée de sélectionner des chanteurs, chanteuses et musiciens afin de constituer en 1961 l’Ensemble National Instrumental du Mali. Cet ensemble a été créé pour animer cérémonies et fêtes officielles, mais également pour puiser dans les diverses traditions musicales de toutes les régions culturelles du Mali, telles que le Mandé, le Wagadu, la région de Ségou, le Kaarta et le Sankoré. Dans ce cadre, Mokontafé assistait le directeur de l’ensemble, Bourama Sacko.

Depuis 1963, l’Ensemble National était en quelque sorte l’ambassadeur culturel du Mali à l’étranger. Mokontafé et l’Ensemble Instrumental National du Mali ont fait de nombreux spectacles en Europe, aux Etats-Unis et en Chine. Ils ont remporté de nombreux grands prix à l’époque : « Médaillé de Folklore » au Théâtre des Nations à Paris, en France en 1963, « Médaille d’or » au Festival mondial des arts nègres (Fesman) de Dakar, au Sénégal en 1966, « Médaille d’or » au Festival culturel panafricain (Panaf) d’Alger en Algérie en 1969. L’Ensemble National sera aussi présent au Festival mondial des arts nègres de Lagos (Festac), au Nigeria en 1977.

Réalisations discographiques

En 1965, Mokontafé Sako, accompagnée par Diabaté Mamadou et Sissoko Dialy Madi, sort chez Vogue un 45 tours intitulé « Echos du Mali ». Pendant les années 1970, Mokontafé a enregistré quatre albums pour le label Sonafric : « Farafina Moussow » (Femmes d’Afrique – 1975), « Spécial Biennale du Mali » (1976), « Les Aigles du Mal » (1976) et « Mokontafe Sako et son ensemble traditionnel » (1977).

Mokontafé se retire de la musique et de la vie publique en 1990, même si en 2002, année de sa disparition, elle compose encore une chanson à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de Football (CAN), tenue au Mali dans cette année…

Selon Eric S. Charry dans son œuvre « Mande Music » (p.396), Mokontafé était née en 1937.

Source : https://www.musiques-afrique.com/fr

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire