En compagnie d'autres pionniers des années 1960, il a lancé un style, le le Kadongo Kamu, un style inspiré de la rumba congolaise, qui a inspiré de nombreux artistes de la nouvelle génération. En compagnie d'autres pionniers des années 1960, il a lancé un style, le le Kadongo Kamu qui a inspiré de nombreux artistes de la nouvelle génération.”

Avec plus de 20 albums à son actif, le gentleman chantant surnommé « Evergreen » (toujours vert) est né en 1935 à Bulucheke, Mbale dans l’Est de l’Ouganda et s’installe à Kampala à l’âge de six ans.
Formé au chant au sein des chorales d’église, il chante devant le roi buganda Edward Muteesa.

Son surnom de « gentleman chanteur » lui vient de son goût des tenues chics et de ses ballades romantiques qui lui valent un public féminin.
En compagnie d’autres pionniers, il impose un style musical, le Kadongo Kamu qui a influencé des artistes comme Paul Kafeero et Fred Ssebatta.

Retiré de la scène musicale en 1981, il a fait un come back avec l’album Eno ye Sacremento. Gravement malade en 2001, leader du groupe Elly Wamala and the Juniors, il enregistre une nouvelle version du titre « Hamida » (voir Kampala Sound). Elly Wamala a formé au chant sa fille Fiona Mukasa qui dirige aujourd’hui un groupe de gospel en Ouganda.

Sources : « Elly Wamala, The Grand Old Man of Ugandan Music », article de Joseph Batte, critique musical au journal ougandais « The New vision » – 27 Septembre 2003 Avec plus de 20 albums à son actif, le gentleman chantant surnommé « Evergreen » (toujours vert) est né en 1935 à Bulucheke, Mbale dans l’Est de l’Ouganda et se rendit à Kampala à l’âge de six ans. Son surnom de gentleman chanteur lui vient de son goût des tenues chics et de ses ballades romantiques qui lui ont valu un grand succès auprès des femmes. Il s’est formé au chant au sein des chorales d’église. Son talent lui a valu de chanter devant le roi buganda Edward Muteesa. En compagnie d’autres pionniers, il a imposé un style musical, le Kadongo Kamu qui a influencé des artistes comme Paul Kafeero et Fred Ssebatta. Retiré de la scène musicale en 1981, il a fait un come back avec l’album Eno ye Sacremento. Gravement malade en 2001, leader du groupe Elly Wamala and the Juniors, il a enregistré récemment une nouvelle version du titre Hamida. (voir Kampala Sound). . Il a formé au chant sa fille Fiona Mukasa qui dirige aujourd’hui un groupe de gospel en Ouganda.

Sources : « Elly Wamala, The Grand Old Man of Ugandan Music », article de Joseph Batte, critique musical au journal ougandais « The New vision » – 27 Septembre 2003

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire