Album dépouillé et acoustique, Green Light représente pour Ray Lema, une mise à nu spirituelle, une forme de libération... Acoustic, minimalist, Green Light represents for Ray Lema a form of musical liberation.”

Green Light

Titres: 1. Green Light; 2. Soma Loba; 3. Nzola; 4. Mungu Wa Ovyo; 5. Nlemvo; 6. Koteja (Intro); 7. Koteja; 8. Ozali; 9. Repos; 10. Latinons; 11. Sikavonda; 12. Perdou; 13. Lissalissi; 14. Virunga

«~On m’a tellement fait vivre de rencontres musicales ces dernières années que je ne savais pas très bien où j’en étais. J’ai voulu me retrouver seul, en face du piano.~» Qu’il retrouve le jazz originel ou qu’il flirte avec l’Orient et les secrets des chants pygmées, Ray Lema a parfois dans les trémolos de sa voix de basse des accents de Pierre Akendengué. «~J’ai finalement compris qu’aujourd’hui, je suis autant blanc que noir musicalement et ca ne me pose plus de problèmes existentiels car les journalistes européens ont eux aussi évolué et comprennent des gens comme moi~».

I have experimented so many musical fusions in recent years that I no longer knew very well where I was. I wanted to find myself alone in front of the piano. ~ « Whether rooted into the original jazz or flirting with the East and the secrets of pygmy chants, Ray Lema sings sometimes like Pierre Akendengué. « ~ I finally understood that today, I’m musically as much white as black and I no longer have any existential problems because European journalists have also evolved and understand now people like me.

Tracks : 1. Green Light; 2. Soma Loba; 3. Nzola; 4. Mungu Wa Ovyo; 5. Nlemvo; 6. Koteja (Intro); 7. Koteja; 8. Ozali; 9. Repos; 10. Latinons; 11. Sikavonda; 12. Perdou; 13. Lissalissi; 14. Virunga.

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire