“Née en 1934 à Coquelathville (actuel Mbandaka, dans la Province de l'Équateur en République démocratique du Congo), Lucie Eyenga nait dans une famille "Mongo" et baigne dans les rythmes "Zebola" et "Odemba". Grande voix de la rumba congolaise des années 1950/1960, elle a été découverte par Zacharie Elenga et s'est produite avec de nombreux artistes majeurs de la scène congolaise comme Joseph Kabasélé, Tino Baroza, Dechaud, Nino Malapet, Dr Nico, Papa Noël et Abeti Masikini. ”

<

Ses débuts

Lucie Eyenga est découverte à Léopoldville (actuel Kinshasa) par Zacharie Elenga, pionnier de la guitare hawaïenne. Chanteuse expressive, capable d’improvisations, elle est bientôt remarquée par Joseph Kabasélé, leader de l’African Jazz. En 1948, elle se distingue sur la scène nationale en interprétant le titre « Bolingo ya la Joie », accompagnée par les guitaristes légendaires Tino Baroza et Dechaud.

Rock-A-Mambo et Negro Band

En 1957/1958, elle se produit également avec l’orchestre Rock-A-Mambo, s’imposant rapidement avec des titres comme « Brigitte », « Mabe na yo moko », « Dit moninga », « Nasepeli mingi » et « Zozo moke ». En 1962, après la disparition de Rock-A-Mambo, elle rejoint à Brazzaville l’orchestre Negro Band et enregistre avec le groupe deux chansons devenus des classiques, « Adoula » et « Georgette ».

Bakolo Miziki et African Fiesta Sukisa

En 1973, Lucie Eyenga rejoint le groupe Bakolo Miziki de Papa Noël et enregistre plusieurs succès sous le label Opika. Après plusieurs années d’inactivité, elle reparaît en 1983 dans l’African Fiesta Sukisa de Dr Nico puis rejoint Abeti Masikini l’année suivante et enregistre avec elle deux albums produits par l’IAD (Industrie Africaine du disque) et qui reprennent ses grands succès au sein de l’African Jazz et Kabasele et du Rock-a-Mambo de Nino Malapet.

La voix de Lucie Eyenga s’est éteinte

Lucie Eyenga s’éteint le 12 Décembre 1987 à Kinshasa, à l’âge de 53 ans. Elle demeure dans la mémoire des Congolais une des plus grandes voix féminines de la rumba congolaise .

Source : http://www.starducongo.com

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire