“Né en 1972 à Banfora, au Burkina Faso, d’une famille de musiciens, Moussa Hema fait ses débuts de percussionniste-balafongiste dès l’âge de cinq ans auprès de son père Kaber Hema. Il côtoie les grands musiciens traditionnels du Burkina, est engagé dans les ensembles les plus prestigieux comme le ballet national du Burkina Faso sous la direction d’Irène Tassembedo. ”

En 1990, Moussa Hema est lauréat du Grand Prix National de la Musique Traditionnelle, lors de la semaine Nationale de la Culture. Avec son partenaire Issa Dakuyo, djembéfola, il a pour projet de faire découvrir la culture mandingue à travers ses chants, danses et contes de différentes ethnies. Depuis, au fil de ses collaborations dont un duo remarqué balafon/piano avec Jean Philippe Rykiel, il n’a cessé d’ouvrir de nombreuses portes vers des formes telles que le jazz, la musique baroque, la musique contemporaine.

Il a coécrit avec Adrian Egger « La voix du balafon », une méthode d’enseignement du balafon et a fondé le groupe Kaba-Kô avec qui il tourne au niveau international. en 2005, il a collaboré à l’album « E dangoua » de l’artiste camerounais Nam.

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire