Grande voix de la scène congolaise, Pépé Kallé et son groupe L'Empire Bakuba développe un style très particulier, vaviguant entre rumba, soukouss et afro zouk.”

Pépé Kallé et son Empire Bakuba

Marqué par Joseph Kabasélé et Antoine Kolosoy dit «~Wendo~», Kabasélé Yampanya (son vrai nom) a fait ses classes dans une chorale de l’église puis a chanté au sein des groupes Bamboula et Lipua Lipua. Mais sa rencontre avec le saxophoniste/producteur Verckys Kiamwangana va changer sa vie. Chaperonné par ce dernier, il intègre son Orchestre Vévé et en devient l’une des voix lead…En 1972, après un bref passage dans l’orchestre Bella Bella des frères Emile et Maxime Soki, il fonde, en compagnie de ses amis chanteurs, Papy Tex Matolu, Solo-Sita et Dilu Dilumona, L’Empire Bakuba (du nom du peuple Bakuba). Cette formation que produira Verckys tient à la fois d’un groupe de musique dans le sens traditionnel du terme mais aussi de la troupe de comédiens. Un de leurs titres «~Nakobelela~» fait aussitôt un tabac auprès des Kinois mais la popularité vient surtout de la voix puissante et gospel de Pépé Kallé et des shows spectaculaires de la troupe. L’Empire Bakuba recevra d’excellents artistes, dont l’auteur, compositeur, arrangeur et guitariste virtuose Diblo Dibala.

Le makassi calculé

Sous son propre label, Sososilo, le groupe sort bientôt quelques tubes comme «~Kinalo~», «~Vie ya moto~» et «~Kombe Dilu~» qui assoient leur réputation dans toute l’Afrique francophone. Le maître mot de L’Empire Bakuba, c’est le «~makassy calculé~» (tir de mitraillette), une nouvelle danse et un nouveau rythme polyphonique aux accents kwassa-kwassa. Leur succès tient aussi à leurs spectacles dans lesquels le nain Emoro «~affronte~» par la danse le géant Pépé Kallé (2,10m / 150kg), y ajoutant mille ruses pour la plus grande joie du public. La danseuse Moseka roule les hanches au rythme syncopé de la musique tandis que les musiciens-comédiens créent sans cesse de véritables sketches.

Emoro et Ablo

De 1982 à 1986, le groupe L’Empire Bakuba fait des tournées régulières mais le concert le plus marquant de cette période sera celui de Ouagadougou. Emoro (mort en 1992) y rencontre dans une «~lutte héroïque~» un autre nain, l’artiste burkinabé Ablo. Thomas Gilou sous le charme fait alors appel à eux pour la musique du film «~Black Mic Mac~». Dans les nombreux enregistrements du groupe Empire Bakuba, dont «~Marché commun~», «~Makassi calculé~» et «~Adieu Dr Nico~» (un hommage au fameux guitariste Nicolas Kassanda), on retrouve ce style très particulier entre rumba, soukouss et afro zouk sur lequel se pose la belle voix de Pépé Kallé. Son tube «~Article 15 débrouillez-vous~» dénonce sous une forme humoristique les tracasseries administratives que rencontrent les Africains à l’étranger. Très ancré dans les circuits de la communauté congolaise internationale, L’Empire Bakuba tournera en Afrique, au Japon, en Europe et aux Etats-Unis.

A la mort de Pépé Kallé, le 29 novembre 1998, à l’âge de 47 ans, ses fans lui construisent un impressionnant mausolée au cimetière de Kinshasa.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Ajouter un commentaire

Laissez un commentaire