“Douala, 12 Décembre 1933. Au Quartier noir de la ville camerounaise, sous protectorat français, naît Manu Dibango. ”

Trois kilos de café


Pour ce fils unique, tant désiré, ses parents font imprimer un faire-part, geste rare à l’époque. Le père, fonctionnaire, vit selon ses principes protestants. Il a une seule épouse et il l’aime. Ils sont de deux ethnies différentes. De ce passé antagoniste, Manu hérite pour la vie d’une personnalité au moins à double visage. Installé en France dès l’âge de quinze ans, il va s’illustrer dans les aventures musicales les plus passionnantes du jazz à la rumba en passant par le rap, la salsa, le funk et bien sûr le makossa.

Source : éditeur

À propos de l'auteur

admin

admin

Laissez un commentaire