Titres :
1. Kamelemba - 5:45
2. Fadjamou - 4:05
3. Diaraby Nene - 7:01
4. Minata Waraba - 4:52
5. Saa Magni - 5 : 31
6. Bena Bena - 4:30
7. Kounkoun - 5:11
8. Djoukourou - 3:21
9. Yere Faga - 4:51
10. Mali Niale - 5:32
11. Mogoya - 4:44”
[fr]

 

 

Dans une période agitée où le Mali traverse de multiples crises et le monde de la musique se trouve paralysé par la pandémie de la Covid, le nouvel album d’Oumou Sangaré apparait comme une offrande.   Enregistré au studio Midi Live de Villetaneuse en région parisienne dans les conditions du live et en tout juste deux jours, « Acoustic » est le dernier volet d’une trilogie débutée en 2017. Après donc   « Mogoya »  sorti en 2017 et « Mogoya Remixed » en 2018 destiné à un public plus international , cet album de neuf titres s’illustre comme un retour aux sources de la tradition wassoulou. Oumou Sangaré  reprend des titres de ces précédents albums comme  « « Moussolou » dédié aux femmes et « Saa Magni », présent dans son  second album « Ko Sira » mais aussi des grands classiques de la tradition mandingue comme « Diarabi Nene » présent dans sa première œuvre .  « Acoustic » est d’abord  porté d’abord  par la voix de la diva , fluide, pleine, profonde  et aux multiples nuances qui se démarque des autres voix du mandingue  forçant dans les aigus et  plus nasales. Sa tessiture ample (dans « Bena Bena » notamment) et ses modulations tour à tour bluesy (« Minata Daraba ») et éthérées (« Saa Magni ») dominent une œuvre renforcée par le jeu du  fidèle Brahima « Benogo » Diakité, virtuose du kamélé ngoni, présent à ses côtés depuis « Moussolou », sa première cassette sortie en 1989. Forme de basse africaine, l’instrument  phare du renouveau de la musique wassoulou,  enveloppe et souligne ici le chant de la diva opérant  un dialogue subtil avec la guitare experte de Guimba Kouyaté et les  voix des choristes Kandy Guira et Emma Lamadji.  Une œuvre lumineuse qui signe le retour de la diva du wassoulou, grande militante de la cause des femmes dans son pays natal.

 

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire