“Née à Turin, en Italie, et basée à Londres, en Angleterre, depuis 2003, Amira Kheir est une une auteure-compositrice, productrice, chanteuse et danseuse originaire du Soudan. Saluée comme la "diva du désert soudanais" (BBC World News), Amira Kheir enchante les publics du monde entier avec un son inspiré des musiques traditionnelles de son pays natal (l'"haqeeba" (musique classique soudanaise), l’"aghani albanat" (chant folklorique improvisé, uniquement interprété par des femmes) et le "madeeh" (chant spirituel)), et ancré dans le jazz, soul, rock et blues du désert. Le résultat est un son unique qui donne aux dégustateurs du riche héritage musical du Soudan du blues saharien distinctif composé de mélodies nubiennes et nilotiques, tout en reflétant les influences musicales mondiales clés de l’artiste (blues touareg, gnawa, arabe, flamenco), s’exprimant par l’improvisation et l’expérimentation.”

Musique

Décrite par le magazine britannique Songlines comme « audacieuse et poétique… belle et intrépide », la musique d’Amira Kheir est un cadre riche à travers lequel toutes ses influences prennent vie. Dans ce cadre, des polyrythmes est-africains frénétiques, des échelles pentatoniques et d’anciennes mélodies mystiques nubiennes et nilotiques se mêlent à une improvisation jazz aigre dans un décor de blues du désert électrique. La musique d’Amira possède en elle d’anciennes traditions musicales, mais est livrée avec un dynamisme contemporain reflétant la scène musicale multiculturelle de Londres.

Amira Kheir est une artiste unique dont la musique est le point de rencontre de rivières de sons provenant de sources très différentes, pour créer une nouvelle musique qui a une identité cohérente de sons propres, s’exprimant par l’improvisation, l’expérimentation et la communication magnétique entre les membres de son groupe.

Amira Kheir puise dans son milieu multiculturel pour créer une musique qui explore les thèmes de la famille, de l’appartenance, de l’amour, de l’évolution humaine ou encore de la transcendance. Sa musique est un voyage spirituel, évocateur du paysage désertique du Nord Soudan et célébrant sa culture antique, mais reconnaissant la nécessité de construire des ponts entre les peuples maintenant plus que jamais, et enracinée dans un appel urgent à la paix, l’amour et l’unité.

Ses projets

Amira Kheir a publié trois albums, chantés en arabe, en anglais et en italien, et salués par la critique. « View From Somewhere », son premier album produit en 2011 par son propre label Contro Cultura Music. Ses deux albums qui suivent, « Alsahraa » (2014) et « Mystic Dance » (2018), sont coproduits par son label et le label britannique Sterns Music.

« Mystic Dance » (le premier à sortir en France), exprime une célébration de ses racines est-africaines catapultées dans un blues du désert futuriste qui nous invite à étendre notre vision de la culture de cette région.

Concerts, festivals, tournées

Amira Kheir s’est produit dans certains des plus grands festivals et scènes du monde, dont Womad Charlton Park (Royaume-Uni), Festival au désert (Mali), et plusieurs fois au London Jazz Festival, London African Music Festival, London International Festival for Exploratory Music (LIFEM). Elle a aussi participé à des concerts de SOAS Students’Union (en soutien aux étuduants et travailleurs étrangers), et a tourné aux Pays-Bas dans le cadre du projet World Sessions Tour intié par World Connections.

Amira Kheir et le cinéma

En 2013, Amira Kheir est chargée par Bird’s Eye View Film Festival d’écrire et d’interpréter une partition improvisée en direct pour le film muet des années 1920 d’Ernst Lubitsch, « Sumurun ». Ce projet, présenté pendant deux années de suite, est encore souligné par des magazines de renommée mondiale tels que Songlines, fRoots, The Evening Standard, ainsi que Radio France Internationale, BBC World News, BBC World Service, BBC 3 – World on 3, BBC Arabic et BBC Persia.

Reconnaissance

En tant que jeune chanteuse, musicienne, compositrice et productrice, Amira Kheir a été sélectionnée par Mideast parmi les six artistes de jazz du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et parmi les treize Africains qui marqueront la prochaine décennie » par Rede Angola.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire