Titres:
1. I am not afraid
2. Maybe (Ayo Blues)
3. Slow, Slow (Run Run)
4. Love and Hate
5. Get out of my way
6. Better days
7. Change
8. Pièce of Joy
9. Lonely
10. Sometimes
11. What's this all about?
12. Mother
13. Thank you ”

Sorti le 29 septembre 2008, « Gravity at last » (l’équilibre enfin) d’Ayo est l’album de la maturité et de la sérénité. Nourri de ses expériences scéniques et beaucoup plus rythmé que « Joyful », « Gravity at last » est enregistré analogiquement en « live » en cinq jours Compass Point, le célèbre studio fondé en 1977 aux Bahamas par le producteur Chris Blackwell (feu Bob Marley, Rolling Stones, Grace Jones, James Brown). On retrouve Larry Campbell à la guitare (guitariste entre autres de Bob Dylan) et Lucky Peterson aux claviers…

Un premier single, « Slow Slow (Run Run) », est tiré de ce deuxième album de 13 titres au son vintage (des années 1970) entièrement écrits et composés par Ayo qui a de nouveau fait appel à Jay Newland, le producteur de la chanteuse américaine Norah Jones, la fille du célèbre joueur de sitar indien, Ravi Shankar.

Parmi les thèmes évoqués, la politique, la corruption, l’amour et la famille, émerge l’image de sa mère destructrice « héroïnowoman », symbole de souffrance (« Mother »).

Née le 14 septembre 1980 près de Cologne (Allemagne), d’une mère tsigane et d’un père Yoruba, Ayo est une auteure-compositrice, guitariste et chanteuse naviguant entre folk, reggae, soul, nu-soul, blues, folk-pop et pop-rock intégrant par endroits de la juju ou de l’afro-beat nigérians. Son vrai nom est Joy-Olasunmibo Ogunmakin – Olasunmibo veut dire « celle qui est née à l’extérieur mais qui reviendra prospère » en yoruba…

Fiche:

Ayo – Musique, paroles, voix, guitare acoustique

Keith Christopherson – Basse

Larry Campbell – Guitares acoustique et électrique, mandoline, violon

Lucky Peterson – Claviers

Sherrod Barnes – Guitare, voix

Jermaine Parrish – Batterie

Coproduction : Ayọ / Jay Newland

Prise de son : Andy Manganello (Compass Point Studios – Nassau – Ile de la Nouvelle Providence – Bahamas – Mars 2008)

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire