Fondé en 1995 à Niamey, Mamar Kassey, groupe très populaire au Niger, est dirigé par l’auteur, compositeur, flûtiste (flûte peule), joueur de kamélé ngoni et interprète Yacouba Moumouni, un ex-berger peul influencé par le guitariste Abdoulaye Alassane (ex-leader de l’orchestre Super Kassey) et la chanteuse Absatou Danté. Mamar Kassey propage une danse et un style électro-acoustique appelés “denké denké” (marteler le sol). D’après la légende songhaï, “Mamar Kassey est un héros qui a unifié les peuples des rives du fleuve Niger”… ”

Denke-Denke

Le style denké-denké

Intégrant diverses traditions musicales du Niger, du Mali et du Burkina Faso (pulaar (peule), haoussa, djerma, songhaï), mais aussi le blues et le folk, le style “denké-denké” est donné par des instruments acoustiques traditionnels (flûte peule ou “céissé” ou “serendou” ou “séréwa”, kamélé ngoni (harpe-luth), molo (luth), kalangu (talking drum), komsa (luth), gassu (calebasse), la guitare acoustique, la guitare électrique et la basse.

Les Nuits Atypiques et tournées internationales

En 1997, Mamar Kassey est au festival les Nuits Atypiques de Koudougou (Burkina Faso). L’année suivante, le groupe est au Festival de Jazz de Ouagadougou (Burkina Faso), tourne en Afrique de l’Ouest (Niamey, Lomé, Abidjan, Accra, Cotonou), puis se produit aux Nuits Atypiques de Langon (France) qui produiront sur leur label Daqui Denké-Denké, leur premier opus restituant leur fusion originale, le denké-denké. Dès lors, le groupe, composé de Yacouba Moumouni (flûte peule, kamélé ngoni, voix), Abdourahamane Albarka (bombu guitare), Ousmane Abdou (kalangu), Seyni Hadilou (molo, komsa), Abdoulkarim Mamadou N’Djaye (basse) et Boubacar Souleymane (calebasse, voix) sillonne l’Europe en 1999 : France, Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Belgique. L’année 2001 les voit enregistrer Alatoumi (World Village / Harmonia Mundi) et remporté des récompences : “Médaille d’argent” aux 4èmes Jeux de la Francophonie à Ottawa (Canada), “Palme Académique” remis par le président de La république du Niger Mamadou Tanja et “Tamani d’Or” de la musique nigérienne à Bamako (Mali).

En 2002, Mamar Kassey réalise une tournée nord-américaine : New York, Chicago, Bloomingtown, Santa Barbara, Los Angeles, San Francisco et Toronto (Canada). L’expérience sera réitérée en 2005 : Greensborough, Carborough, Boston, Grennville, Clemeon, Atlanta, Macon, Cleveland, Chicago, Bloomington, Baltimore, Savanah, New York, Philadelphie, Washington. En 2006, ils tournent à nouveau en Afrique : Zinder, Niamey (Niger), Dakar, Saint-Louis (Sénégal), Praia (Cap-Vert), Nouakchott (Mauritanie), Bamako (Mali), Ouagadougou (Burkina Faso.

Serendou : rencontre entre flûte et flûte traversière

La même année 2006, le festival Africolor initie le projet Serendou, composé de Yacouba Moumouni (flûte peule ou “céissé” ou “serendou” ou “séréwa”, kamélé ngoni, voix), de Jean-Luc Thomas (flûte traversière en ébène), un Breton connaisseur de “fest-noz” (fêtes de nuit) et Boubacar Souleymane (“gassu” (calebasse), choeurs). Serendou est programmé pour deux concerts mémorables à Clichy-Sous-Bois et à Stains, dans la banlieue parisienne, en France. Ensuite, Mamar Kassey joue à Lannion-Carré Magique (France), puis participe au Festival Timitar d’Agadir en 2007.

Suite à une résidence en septembre 2010, soutenue par les Centres Culturels Français de Niamey et Zinder, CulturesFrance et la Région Bretagne, Serendou enregistre en mai 2011 l’album Avel An Douar. Une rencontre inédite entre la flûte peule et la flûte traversière en ébène, mais aussi un pont culturel entre le Niger et la Bretagne.

En 2013, Mamar Kassey qui travaille avec Innacor, une agence artistique et un label lancé par Erick Marchand, Jacky Molard et Bertrand Dupont, enregistre Taboussizé Niger, un nouvel opus salué par la critique internationale. Le dimanche 8 juin 2014, le groupe Mamar Kassey se voit remettre le “Prix Musiques des Régions Francophones” lors du 39ème festival Musiques Métisses d’Angoulême, en France.

* Crédit photo : http://www.vpro.nl/

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire