“La sud-africaine Pilani Bubu propose un style entre influences folk, jazzy, funky et musiques roots. Ses paroles sont au service d' un féminisme militant et dénoncent sans relâche les injustices et les violences subies par les femmes. L’album Folklore : Chapter 1 s'est vu décerner le Best African Adult Contemporary Album aux South African Music Awards en 2020.”

Retrouvez l’émission que lui a consacrée notre correspondante Nicky B  et l’interview réalisée à Angoulême au festival Musiques Métisses. 

 

Une chanteuse à l’héritage xhosa

Née en 1984 à Umtata au Transkei (actuelle Mthatha dans la province du Cap-Oriental), un bantoustan réservé à la population xhosa durant l’apartheid, Pilani Bubu mène des études supérieures, notamment à l’université de Pretoria, ou elle obtient un Bachelor commercial puis un certificat en principes de recherche marketing à l’université de Géorgie, aux États-Unis, jusqu’en 2010.

 

Folklore : Chapter 1 salué aux SAMA

En 2011, elle se tourne vers le monde de l’art, devient  auteure-compositrice interprète. Elle se passionne également pour le design, la décoration et l’architecture d’intérieur. Elle anime bientôt des émissions de télévision et émissions. En 2012, elle sort un premier EP, Journey Of A Heart suivi de  l’album Warrior of Light en 2016 et de Folklore : Chapter 1 en 2019, comportant les single Boom Che et Baile. Ces deux oeuvres sont dédiées aux femmes  : le titre Baile évoque notamment  les violences conjugales. L’album Folklore : Chapter 1 se voit décerner le Best African Adult Contemporary Album aux South African Music Awards en 2020. Elle y chante ou slame ses propres textes en xhosa, mpondo, zoulou et anglais. Une suite est prévue en 2023 pour cet album où elle veut transmettre l’héritage du patrimoine musical sud-africain aux nouvelles générations.

Une carrière internationale

Pilani Bubu se produit également en Europe, aux Etats-Unis et sur le continent africain. Elle a notamment joué  à La Nouvelle-Orléans, en Roumanie, au Ghana, au Mozambique, en Angleterre et, bien sûr, en Afrique du Sud. En septembre 2021, elle est ainsi invitée à la 45e édition du festival Musiques métisses d’Angoulême en France, dans le cadre de la saison culturelle Africa2020. Fin mars 2022, elle sort un nouvel EP, Lockdown Lovestor, écrit et enregistré pendant la pandémie, et consacré à une relation amoureuse à distance pendant les phases de confinement. Cet EP est précédé de deux singles sortis début mars, As We Lay et Pendulum Swing.

Sources :

  • https://leafrinique.co.za/
  • https://www.lemonde.fr/culture/article/2022/01/06/la-chanteuse-pilani-bubu-au-rythme-de-l-afrique-du-sud_6108339_3246.html

 

 

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire