“A l'initiative du CERPANAC, le Centre d'Etudes et de recherches sur les pays d'Afrique noire anglophones et du Commonwealth et en collaboration avec l'Axe francophone et méditerranéen, des spécialistes se sont réunis pour tenter d'analyser l'importance de la musique dans la littérature orale et écrite en Afrique.”

Afriques musiques et écritures


Publiés en Septembre 2001, les actes du colloque abordent les thèmes énoncés ci-dessous :

– La culture ancestrale ghanéenne-1603] dans Two Thousand Seasons : rythmes, musicalité et [griots : M. Benaouda Lebdai, Université d’Angers.
– Guillaume Cingal, Université de Paris-X-Nanterre – «~The membranes of maternity~» : fonction(s) de l’allitération dans les romans de Nuruddin Farah
– Kourouma à la croisée des chants : Béatrice N’Guessan-Larroux, Université d’Abidjan
– Le roman et la romance : le rôle du chant dans l’œuvre d’Henri Lopes : Pierre Soublias, Université de Toulouse-le Mirail
– Musique, chant et rythme : quelques éléments de comparaison entre le théâtre communautaire et le storytelling urbain en Afrique du Sud : Lorenza Coray-Dapretto, Université de Genève
– L.S. Senghor et la figure du dyâli, Geneviève Kane, Montpellier.
– Place et fonction de la musique dans les œuvres dramatiques de Bottey Zadi Zaourou et de Koffi Kwahulé : Natasa Raschi, Université de Bologne
– Musique, Performance et genre littéraire dans la culture orale africaine : Jean Derive, Llacan, Université de Savoie
– Pour une oralisitique : Etude des résurgences de l’oralité dans l’écriture de langue française : Sénamin Amedegnato, Université de Montpellier
– La musique, la chasse et la mort. Représentations symboliques des «~chants de guérison~» bochimans : Emmanuelle Olivier, CNRS (Langues-Musiques-Sociétés)
– Le murmure du balafon, la musique de la kora et le Rythme des congas. La représentation des instruments traditionnels dans le roman africain d’expression française. Marie-Françoise Chitour, Université d’Angers
– Exotismes et paysage auditif : la représentation de la musique dans le roman colonial : Lourdes Rubiales, Université de Cadiz.
– La poétique de l’enracinement : mystique des mots et des rythmes dans la fiction romanesque de Francis Bebey : Cécile Dolisane Ebosse, Université de Yaoundé
– Musiques d’ameublement ou voix poétiques dans l’œuvre de Sony Labou Tansi : Jean-Claude Blachère, Université de Montpellier
– De l’intervention de la musique dans le processus de l’œuvre : Olympe Bhêly-Quenum (Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire) .
– Les dozos, les dozoton et le dozomanas, Ahmadou Kourouma (Prix du Livre Inter, Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens) A l’initiative du CERPANAC, le Centre d’Etudes et de recherches sur les pays d’Afrique noire anglophones et du Commonwealth et en collaboration avec l’Axe francophone et méditerranéen, des spécialistes se sont réunis pour tenter d’analyser l’importance de la musique dans la littérature orale et écrite en Afrique.Publiés en Septembre 2001, les actes du colloque abordent les thèmes énoncés ci-dessous

La culture ancestrale ghanéenne dans Two Thousand Seasons : rythmes, musicalité et griots : M. Benaouda Lebdai, Université d’Angers.

Guillaume Cingal, Université de Paris-X-Nanterre – « The membranes of maternity » : fonction(s) de l’allitération dans les romans de Nuruddin Farah

Kourouma à la croisée des chants : Béatrice N’Guessan-Larroux, Université d’Abidjan

Le roman et la romance : le rôle du chant dans l’œuvre d’Henri Lopes : Pierre Soublias, Université de Toulouse-le Mirail
– Musique, chant et rythme : quelques éléments de comparaison entre le théâtre communautaire et le storytelling urbain en Afrique du Sud : Lorenza Coray-Dapretto, Université de Genève

L.S. Senghor et la figure du dyâli, Geneviève Kane, Montpellier.

Place et fonction de la musique dans les œuvres dramatiques de Bottey Zadi Zaourou et de Koffi Kwahulé : Natasa Raschi, Université de Bologne

Musique, Performance et genre littéraire dans la culture orale africaine : Jean Derive, Llacan, Université de Savoie

Pour une oralisitique : Etude des résurgences de l’oralité dans l’écriture de langue française : Sénamin Amedegnato, Université de Montpellier

La musique, la chasse et la mort. Représentations symboliques des « chants de guérison » bochimans : Emmanuelle Olivier, CNRS (Langues-Musiques-Sociétés)

Le murmure du balafon, la musique de la cora et le Rythme des congas. La représentation des instruments traditionnels dans le roman africain d’expression française. Marie-Françoise Chitour, Université d’Angers

Exotismes et paysage auditif : la représentation de la musique dans le roman colonial : Lourdes Rubiales, Université de Cadiz.

La poétique de l’enracinement : mystique des mots et des rythmes dans la fiction romanesque de Francis Bebey : Cécile Dolisane Ebosse, Université de Yaoundé

Musiques d’ameublement ou voix poétiques dans l’œuvre de Sony Labou Tansi : Jean-Claude Blachère, Université de Montpellier

De l’intervention de la musique dans le processus de l’œuvre : Olympe Bhêly-Quenum (Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire) .

Les dozos, les dozoton et le dozomanas, Ahmadou Kourouma (Prix du Livre Inter, Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens)

À propos de l'auteur

admin

admin

Laissez un commentaire