fiche_les_cheveux-3.jpg
“Au sein de son trio de likembés géants, Antoine Moundanda a donné une nouvelle vie au piano à pouce appelé aussi kisansi, le glissant dans la rumba des années 1950 ou revitalisant le patrimoine traditionnel. Au sein de son trio de likembés géants, Antoine Moundanda a donné une nouvelle vie au piano à pouce, le glissant dans la rumba des années 1950 ou revitalisant le patrimoine traditionnel.”

Kesse Kesse

Du kisansi au likembe

Originaire de Kinkala, Antoine Moundanda apprend la musique en jouant du Kisansi, l’ancêtre du Likembé, pour chasser les mauvais esprits, accompagnant ainsi son père dans son travail de guérisseur.
A sa mort, il s’installe à Brazzaville, travaille comme domestique pour un ingénieur sénégalais puis se plonge rapidement dans la nuit brazzavilloise. Encouragé par Paulo Kamba, leader du Victoria Brazza, il introduit le likembé dans la rumba au grand dam de sa famille qui considère l’instrument comme rattaché aux musiques rituelles . Il le modernise en le portant de 9 à 22 lames.

Le Likembé Géant et Les Cheveux Crépus

En 1955, il crée avec Papa Kourand le groupe Likembé Géant, enregistre une trentaine d’albums pour le label Ngoma, et remporte le prix Osborn. Son style va de la variété (polka, rumba,djebola, etc..) à des styles régionaux.

fiche_les_cheveux-3.jpgEn 1965, il est membre des Cheveux Crépus, un groupe vocal initié par Jacques Loubélo, aux côtés de Sammy Massamba, Albert Massamba Coster, Rémy Mouninguissa, Maxime Kibongui, N’Zenze Kinouani Kazis, Etienne Fila, Prosper Nkouri, Bruno Ntélansamou et Madeleine Gandou et un accordéoniste. Il travaille plus tard avec le Ballet National Congolais et le théâtre Sony Labou Tansi’s Rocado Zulu, tourne dans les pays voisins et se produit à Dakar en 1966 à l’occasion du Festival des Arts Nègres où il est courronné. Il connaîtra une reconnaissance internationale dans les années 1990, tournant en Europe et sortant plusieurs albums dont Kesse Kesse et Mosseka.

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire