“Né le 10 mai 1955 à Trwamar (Trois Mares), au Tampon, dans l’île de la Réunion, Daniel Hoareau aka Danyel Waro est un auteur-compositeur, arrangeur, chanteur, poète et joueur de kayamb. Apôtre d'un maloya acoustique, héritier du blues rural de Gérose Barivoitse dit "Lo Rwa Kaf" et surtout de Firmin Viry, Danyel Waro a largement contribué à la renaissance du maloya autrefois interdit par les autorités de l’île. Ce militant actif de la créolité se définit ainsi : “Je ne suis pas Blanc, non je ne suis pas Noir. Non, ne me racontez pas d’histoires. Mélangé de Cafres, de Yab et de Malbar, je suis de l’ethnie ”pur bâtard””. Militant actif de la créolité et apôtre d'un maloya acoustique, Danyel Waro est l'héritier du blues rural de Firmin Viry.”

Facteur d’instruments traditionnels du maloya réunionnais (kayamb (hochet en radeau), “bobre” (arc musical), “roulér” ou rouleur (gros tambour au son de basse), Danyel Waro est un artiste très perfectionniste : « Je cherche la cadence, l’image, le rythme dans le mot. Grâce au maloya, j’ai pris du recul par rapport à la philosophie cartésienne, aux jugements trop conceptuels. Le maloya m’a remis en accord avec la Réunion, avec les gens, avec notre langue, et notre bâtardise ».

Marqué et influencé par Georges Brassens, Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Richard Desjardins, les groupes corses et bretons, les musiques d’Afrique de l’Ouest et les chanteurs maliens en particulier, Danyel Waro le révolté interprète en créole des chansons très poétiques sur la vie quotidienne de ses compatriotes, l’unité, la fraternité, la liberté ou encore l’amour.

Militant actif de la créolité et artiste engagé, Danyel Waro est arrêté en février 1976, à Vannes, en France, pour insoumission et conduit à Rennes. Il fera deux ans de prison : « Le maloya était interdit mais joué clandestinement. Dans les années 1970, le PCR (Parti Communiste Réunionnais) décide de le réhabiliter. Et moi, je suis un yab, un petit blanc, un “perturbateur”. Le maloya est plutôt noir« …

Auteur de plusieurs opus, « Gafourn » (1987), « Batarsité » (1994), « Séga la pente » (de Françoise Guimbert – 1996), « Foutan Fonnker » (1999), « Bwarouz » (2002), « Somminkér » (2003), « Rest’la Maloya : Hommage à Alain Peters » (2003), « Grin n syel » (2006). En 2010, Danyel Waro remporte le Grand Prix de l’Académie Charles Cros pour son double album « Aou Amwin » (De toi à moi), enregistré en février 2010 dans la case de son enfance à Trwamar (Trois Mares), à la Réunion.

Danyel Waro revient sur le devant de la scène en 2017 avec « monmon » (avec un « m » minuscule car il ne s’agit pas seulement de sa mère, mais de toutes les « monmon »), un album qui résonne de l’engagement et de toute la spiritualité de cet artiste hors pair, fidèle au maloya, le blues de son île natale, la Réunion.

Discographie:

Gafourn – CD – 1987 – Piros

Batarsité – CD – 1994 – Piros

Séga la pente (de Françoise Guimbert) – CD – 1996 – Oasis Production

Foutan Fonnker – CD – 1999 – Cobalt

Bwarouz – CD – 2002 – Cobalt

Somminkér (Danyel Waro & Olivier Ker Ourio) – CD – 2003 – Cobalt

Rest’la Maloya : hommage à Alain Peters (Danyel Waro, Loy Ehrlich, Joël Gonthier, René Lacaille, Bernard Marka, Tikok Vellaye) – CD – 2003 – Cobalt

Grin n syel – CD – 2006

Aou Amwin – 2CD – 2010 –

Kabar – CD – 2013 – Cobalt

monmon – CD – 2017 – Buda Musique / Socadisc

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire