“Né le 30 septembre 1975 à Mont Rolland, un village sérère de la région de Thiès, au Sénégal, Didier Maxim Amar Mbengue aka Dread Maxim Amar ou Dread Max est un auteur-compositeur, arrangeur, producteur, guitariste et grande voix du reggae africain (afro-reggae). Reggaeman le plus populaire Sénégal, Dread Maxim est le fondateur du label Maxi Prod’Action.”

Ses débuts

Né d’une mère enseignante et d’un père ouvrier dans les carrières de phosphate de Taïba (région de Thiès), Dread Maxim choisit la musique reggae pour exprimer, communiquer et partager des valeurs importantes comme l’amour, la paix, la fraternité, le respect et la liberté. En tant que « Soldat de Jah en mission », il se fixe pour objectif de réveiller les consciences en s’adressant en particulier aux jeunes Africains.

Il commence vraiment dans la musique en 1992, en créant son premier groupe Big Nation. Ses débuts sont marquées par des collaborations avec divers artistes et groupes. Ces nombreuses et riches expériences seront essentielles pour ses choix artistiques futurs. Il faudra attendre l’année 2000 pour entendre son premier album, « Revelation », un projet acoustique mêlant divers courants musicaux, comme le reggae, le rap et la pop, et chanté en anglais, en français, en sérère (sa langue maternelle) ou en wolof. Sa musique et ses messages simples et accessibles à tous gagnent aussitôt le cœur de nombreux mélomanes sénégalais.

Jah Fire

En 2003, Dread Maxim enregistre « Jah Fire », un second opus de 8 titres, produit par son propre label, Maxi Prod’Action, et révélant un reggae plus profond et plus conscient : un hommage à Roots, emblème de l’artiste lui-même. Cette œuvre sera accueillie avec grand enthousiasme par le public, en particulier celui de son pays qui le surnomme « Prince du reggae sénégalais ».

Musical Life

L’année 2010 le voit sortir « Musical Life », son troisième album de 12 titres, sous-titré « Kan moy dof ? », axé sur sa vie d’artiste, 100% reggae et 100% live, et présenté au grand public à travers une rencontre avec les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, une tournée scolaire à Dakar et dans les régions du Sénégal.

« Dans cet album, je parle de mon expérience musicale. J’explique par où je suis passé. C’est une représentation de ma vie musicale. Il y a même un titre axé sur mon cheminement musical. « Kan moy dof » (« qui est fou » en wolof), qui est un des titres phares de l’album, est une question que je me pose et j’attends des réponses. Car c’est une philosophie par rapport à la folie. Il y a le côté positif de la folie, donc l’extraordinaire vu par la société, et il y a aussi le côté affreux », confie l’artiste à xibar.net.

Cet opus comprenant « Ndute yuné » (« réveillez-vous » en sérère), un appel à la conscientisation des populations, ou « Leader dealer » (sur ses convictions politiques), lui vaudra d’être considéré comme le « Meilleur reggaeman du Sénégal » en 2011.

Reggaevolution Time

Fin 2016, Dread Maxim Amar lance « Reggaevolution Time », son quatrième album comprenant « Sunu-Gaal », « Demo-Cratie » et « Les maximes du temps ».

« Je parle d’abord de reggae, ensuite de l’évolution du reggae, et enfin de la révolution du reggae », confie l’artiste à propos de cet opus 100% live, où l’on entend les lignes de la basse d’Alune Wade ou les sonorités d’instruments traditionnels comme le tama (talking drum) et le xalam (luth sénégalais).

Les années suivantes le voit partager diverses scènes d’Afrique et d’Europe avec certains des plus grands noms du reggae international, comme IJahman, Morgan Heritage, Alpha Blondy, Richie Spice, Tiken Jah Fakoly, Anthony B, et bien d’autres…

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire