“ Auteure, compositrice, chanteuse, Lady Eugenia Asabia Cropper est la première femme saxophoniste du Ghana..”


Née dans une famille de musicien, Eugenia Asabia Cropper fait ses débuts auprès de son frère Eugène et de musiciens ghanéens professionnels se produisant au Togo. Elle s’initie au saxophone, chante au sein des Sweet Talks et en 1978, rejoint en  Côte d’Ivoire, les Black Hustlers où joue son frère Eugène (bassiste). Elle est alors repérée par le sénégalais Abdoulaye Soumaré (ingénieur du son de Stevie Wonder et de Mory Kanté) et directeur de la maison de disques Ebony produit le premier disque du groupe, un mélange de rythmes ghanéens, ivoiriens et zaïrois. Mais le climat politique houleux du Ghana entraîne bientôt la dissolution du groupe. Eugenia Asabia Cropper décide alors de s’installer à Abidjan.

Une des rares femmes instrumentistes de la musique moderne ghanéenne, Asabia Cropper, produite par Daniel Cuxac, directeur de Disco Stock, enregistre en 1980 Wamaya,, un album inspiré par Ko Nimo et où joue son frère Sammy Cropper ; un succès qui lui vaudra un disque d’or remis à Accra par son producteur ivoirien. Suit en 1982 Désespoir Asabia, un opus réalisé avec l’Angolais Sam Mangwana, arrangé par l’Ivoirien Jimmy Hyacinthe. Apôtre du highlife, un genre véhiculé dans les années 1960 par Les Sœurs Comoé, Lady Asabia, un surnom que lui a donné son producteur, fait un tabac dans son pays natal en 1986 à l’occasion d’un show à l’Independence Stadium d’Accra. Elle tourne ensuite en Allemagne mais développera une carrière essentiellement africaine.

* Source : Daniel Cuxac (b Eugenia Asabia Cropper, ’57, Ghana) Singer, saxophonist. Born into musical family; at 18 sang with her elder brother in groups in and around Accra. Sessioned with Ghanian musicians working in Togo; audience response convinced her to turn pro. Returned to Accra, joined the Sweet Talks, a leading Ghanian band of mid-’70s, sang with them for two years; established contacts while touring and when contract ran out joined the Black Hustlers, went with them to Ivory Coast, was spotted and signed by Ivorian label Disco Stock. Polished act and selected material for two years; debut LP Wamaya early ’80s inspired by Ko Nimo, incl. brother Sammy Cropper on guitar: « refined highlife’ LP later on American Makossa label became one of the most sought-after records in Africa. Later lived in Abidjan, in demand as live act; had toured Germany but prefered staying close to her roots.

Source : http://www.donaldclarkemusicbox.com

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire