“Né en 1989 à Adum, dans la banlieue de Kumasi, en pays ashanti, Linford Kennedy Amankwaa, mieux connu sous son nom de scène Ko-Jo Cue, est un artiste ghanéen de hiplife, d'afro-rap, d'afro-fusion, de highlife et d'afro-pop. ”

Linford Kennedy Amankwaa, Ko-Jo Cue de son nom d’artiste, grandit dans une famille pauvre mais unie, une enfance qui marquera ses textes aux puissants messages sociaux et aux profondes valeurs familiales. A l’âge de 9 ans, sous l’influence de son cousin, il commence à s’intéresser au rap et au dance-hall et en 2005, intègre the Kumasi Anglican High School, un lycée qui a accueilli beaucoup de musiciens dont Okyeame Kwame, Lord Kenya et Noble Nketiah. En 2009, sa rencontre avec K-Wu and Kuul D (le duo Soulbrothaz) etr les étudiants nigerians Macfancy et Okechukwu (Drillmeister) aboutit à l’enregistrement d’une mixtape de 10 titres dans laquelle Ko-Jo Cue officie sous le nom de Jazzy Flo.

L’année suivante, la rencontre avec Tallal Sangari, le directeur de Primitive Music, qui signe le début de sa carrière professionnelle. En 2010, Ko-Jo Cue sort une série d’enregistrement intitulée «Growing Pains». Sort le projet «N.A.T.H.A.N» (Now and the Here-After Nigga) suivi de « N.O.N.A» (Now Or Never Again), «Now and Forever» et «The Wait». Le titre «Head Nod» produit par Peewee s’impose bientôt dans le milieu hip hop.

S’ensuivent des collaborations avec Kay-Ara, Klu, et Pappykojo et un featuring sur le titre «Poppin» de Kwaw Kesse. En 2011, sort «Before We Shine» comprenant les titres «My Life» et «E No Be Say». Ko-Jo Cue fait également ses débuts scéniques à cette période: il se produit notamment au Asabaako Music Festival et au Vodafone street Carnival de Asokwa-Kumasi.

En 2012, le single «Winning» produit par KluMonsta sera téléchargé 3000 fois en une semaine et lui vaut sa première couverture médiatique nationale. L’année suivante, «Before We Shine 2», une mixtape de 16 titres, accueille plusieurs invités : Flowking Stone (du duo de hiplife Bradez), Edi-Young, Klu, Cabum, Kay-Ara et Trix. En 2014, le succès du single , «Corolla Music» lui vaut un contrat avec le label BBnZ Live qui sort dans la foulée «The shining», une mixtape réalisée avec Wanlov, M3nsa, Dex Kwasi & M.anifest.

Les collaborations et les styles se diversifient les années suivantes : en 2015, le single «Lavender» avec en featuring E.L et remixé par la célèbre DJ féminine DJ Kess conforte sa popularité. En 2016, Ko-jo Cue invite le chanteur Mr Eazi sur «My Baybey» et sort «Tsioo Benke Mi», un single aux accents hiplife et afro-pop. En 2017, Ko-Jo Cue réaffirme son orientation hiplife dans l’album «Pen & Paper» réalisé avec le rappeur Shaker. Sorti en 2019, «For my brothers» offre une palette de styles allant du hiplife à la soul («muddy story», ) en passant par l’afro-fusion («leave me alone»), le highlife («won sa beka») et le jazz («smiling» et «dzo»).

Sources :

https://www.facebook.com/KoJoCueMusic/

https://themantsekev.wordpress.com/2013/01/30/success-story-an-interview-with-ko-jo-cue/

https://www.pulse.com.gh/entertainment/music/smallsmall-kojo-cue-is-my-favourite-lyricist-okyeame-kwame/7grlb96

https://www.ghanaweb.com/GhanaHomePage/NewsArchive/AUDIO-Antoine-hosts-Kojo-Cue-Stonebwoy-on-ENT-Live-331384

https://playlistgh.com/2013/09/ko-jo-cue-now-and-forever-2010/

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire