kine_akon-2.jpg
Né en 1941 dans une famille de griots wolofs de Dakar, au Sénégal, Mor Thiam Dogo aka Mor Thiam est auteur, compositeur, historien, joueur de balafon et percussionniste expert (djembé, sabar, tama). Cet artiste reconnu dans le milieu du jazz et de l’afro-jazz n’est autre que le père d’Akon, la star planétaire du R&B, de la soul, de la pop ou du rap… ”

Membre fondateur de la troupe Dogon, Mor Thiam commence à jouer de la percussion à l’âge de 8 ans et professionnellement à ses 12 ans. Arrivé en 1968 aux Etats Unis à l’invitation de la chorégraphe – danseuse américaine Katherine Dunham (1909-2006), Mor Thiam s’installe à Saint-Louis dans le Missouri où il est le percussionniste attitré de la compagnie Katherine Dunham Dance, collaborant parallèlement avec la troupe BAG (Black Artists’ Group), un collectif d’arts pluridisciplinaires. En 1972, Mor Thiam est rejoint par sa femme Kiné Guèye Thiam, une danseuse très réputée au Sénégal avec laquelle il a deux fils, Alioune Badara Thiam aka Akon, vedette mondiale de la soul music, du R&B, de la pop ou du rap, et Abou Thiam dit “Bu Thiam”, producteur et fondateur de BuVision, PDG de Konvict Muzik et de Kon Live Distribution et producteur exécutif au sein de la maison de production DefJam.

La même année, Mor Thiam enregistre un opus croisant jazz et sonorités africaines, Dini Safarrar (Drums of Fire), dont la berceuse sénégalaise titre “Ayo Ayo Néné”.

kine_akon-2.jpg

De 1973 et 1974, Mor Thiam joue avec le célèbre trompettiste de jazz Freddie Hubbard (1938-2008), et donne parallèlement des cours de percussions à ses heures. En 1989, Mor Thiam tourne dans toute l’Europe avec la compagnie de danse d’Alvin Ailey (1931-1989). Ensuite, il collabore avec l’ensemble de jazz intégrant des sonorités africaines, World Saxophone Quartet du compositeur et saxophone Julius Hemphill Arthur (1938-1995), participant aux enregistrements de leurs albums Metamorphosis (1990) et Four Now (1996). Il jouera et enregistrera également avec l’ensemble multiculturel No World Improvisations du Sud-Coréen Jin Hi Kim, joueur de geomungo (sorte de cithare) et de l’Américain Joseph Celli, joueur de hautbois et de cor anglais.

cd_join_us.jpg

Artiste éclectique, Mor Thiam collabore avec de nombreux artistes, dont le pianiste de jazz américain Don Gabriel Pullen (Kele Mou Bana (1991), Ode to Life (1993), Live… Again: Live at Montreux (1993)) ou le compositeur et joueur de didgeridoo australien Adam Plack (Nomad (1994)), un opus réalisé avec le flûtiste originaire de Taos Pueblo au Nouveau Mexique Robert Mirabal. Parallèlement, il se produit régulièrement au Disney’s Animal Kingdom, le parc à thème de Walt Disney World Resort en Floride. Appelé également El Hadj Mor Thiam depuis qu’il a fait le pèlerinage à la Mecque et naviguant entre Atlanta et Dakar depuis le milieu des années 1990, Mor Thiam n’a jamais arrêter d’enregistrer des albums en collaboration ou en solo : Same Space (1998) et Join Us (1999) avec les compositeurs de jazz Hamiet Bluiett (USA – saxophone, clarinette, flûte) et Robert Cleath Kai-Nien aka D.D. Jackson (Canada – piano, orgue, claviers) ou Back to Africa (1999), un album afro-jazz mettant en valeur sa grande finesse technique de jeu du djembé. L’année 2008 le participer avec son titre “Ayo Ayo Néné” à la compilation Spiritual Jazz : Esoteric, Modaland Deep Jazz From The Underground 1968-77, aux côtés de grands noms du jazz, comme James Tatum Trio Plus, Morris Wilson Beau Bailey Quintet, P.E. Hewitt Jazz Ensemble, Ndikho Xaba, Ronnie Boykins, Leon Gardner, et bien d’autres encore…

Directeur exécutif de Stone Mountain, l’Institut pour l’Etude de la Culture Africaine dans le comté de Dekalb en Géorgie , aux Etats-Unis, Mor Thiam est un consultant très écouté pour les nombreux projets africains à travers les États-Unis.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire