Né au Sénégal, en Afrique de l’Ouest, le “ngoyane” est une musique portant le nom de son village de naissance, Ngoyane, dans la région du Sine Saloum. Il est donné par les tambours sabars, les calebasse, le xalam (luth sénégalais), le tama (talking drum ou tambour parlant) et les voix. Selon les anciens, il daterait au moins du XV° siècle, suite aux chants des griots du village de Ngoyane, en l’honneur du roi du Rip, cet ex Etat situé entre le royaume du Saloum et le fleuve Gambie.”

Tamayanga Ngoyane

Le ngoyane de Médina Sabakh symboliserait, selon toujours les anciens, “Taata”, un édifice qui servait de refuge aux combattants du roi du Rip, dont la capitale est Nioro, dans l’actuelle région de Kaolack, au sud-ouest du Sénégal.

Très vite, ce style est adopté dans tous les villages environnants et dans le le chef-lieu de l’arrondissement, Médina Sabakh.

Le ngoyane est d’abord popularisé par Saloum Dieng puis divers artistes et groupes, dont la Troupe Ngoyane de Médina Sabakh fondée par Sakou Dieng et Birame Lobé Ndiaye ou encore Say Bassi Dieng

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire