Collectif fondé en 2011 sous l'impulsion de Soeuf Elbadawi, et composé de 9 musiciens (voix, guitares, percussions..), Mwezi WaQ. honore à sa manière la mémoire d'un peuple, soit en reprenant des chants longtemps consacrés sur leur territoire, soit en composant des inédits à partir d’un vécu actuel, de manière à rester en phase avec les réalités profondes de ce pays aux mille visages qu’est l’archipel des Comores (prénommé “Les îles de lune”)... Avec la sortie en novembre 2012 de leur album Chants de lune et d'espérance, Mwezi WaQ. a obtenu en mars 2013 le prix de l'Académie Charles Cros mention "Mémoire vivante". ”

Mwezi WaQ. est un collectif à géométrie variable, rassemblant des musiciens très différents comme Kosty, transfuge du twaarab et guitariste pop , Nkenke, une des figures du folk comorien, Prince Nico, percussionniste aux couleurs roots et reggae, le mahorais Baco promoteur du zangoma et du blues comorien, Athoumane Soubira dit Soubi, virtuose incontesté du gaboussy et du “ndzendze” (ou “ndzedze”), une cithare rectangulaire comorienne proche de la valiha (ou vali) malgache, le guitariste Fouad Mwepvambi Tadjiri, figure de la jeune génération et Balandra, gadzaïste aux impros percutants, et Hacen Djeghbal, un complice de Baco.

Leur album, Chants de lune et d’espérance, sorti en novembre 2012, est un hommage appuyé au patrimoine musical des Comores : rythmes et mélodies ngoma, danses traditionnelles mgodro, magandja, nyamandzaya, chitete, twaraab (ou taarab), transes soufis, musiques syncopées, mélodies religieuses chants de travail et folk comorien).

Les treize titres du disque racontent l’histoire d’un peuple se survivant à lui-même, à ses démons, en gardant une main tendue vers l’ailleurs, sans se perdre dans le mimétisme, ni se morfondre dans le repli.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire