“Le Mgodro est un rythme et une danse typiquement mahorais. Le Mgodro se joue avec des instruments de l'Océan Indien : le gaboussi, le M'kayamba, le nzumari (instrument à double anche ressemblant au hautbois) et le Ngoma, mais dans ses versions modernisées, intègre des instruments occidentaux comme la guitare, la batterie, le synthé et la basse. Le mgodro est dansé par les femmes lors des “grands mariages” à Mohéli. Selon certaines études, cette danse serait originaire de Madagascar, expliquant l'utilisation du malgache dans certains chants.”

Le Mgodro est la musique traditionnelle de Mayotte. Amené par les premiers migrants malgaches, selon certaines études, le mgodro rythme les fête familiales. Il se joue avec des instruments de l’Océan Indien : le gaboussi, le M’kayamba et le Ngoma, mais dans ses versions modernisées, il intègre des instruments occidentaux comme la guitare, la batterie qui remplace le gaboussi, le synthé et la basse. Le style s’est enrichi au fil des décennies d’apports extérieurs comme le hip hop (Ahamada Smis), le reggae (adopté par le groupe Horizon ), le zouk (Franck & David), l’afro-fusion et la pop (M’Toro Chamou). Certains mêlent plusieurs styles comoriens : Baco et Salim Ali Amir explore zangroma, wadaha et mgodro, Boina Riziki le joue en même temps que le twaraab, le chigoma et chitete, Soubi rythme les danses mgodro au son du Ndzendze, le groupe Lathéral a expérimenté plusieurs fusions (M’godro, Reggae, Chigoma, Merengué). Cadence Mahoraise, Baré et Joe Fils s’en tiennent à une version originale du genre.

Sources :

https://www.comores-online.com/wiki/M%27godro

https://www.comores-online.com/w/images/3/33/Mayotte_Mgodro.pdf

À propos de l'auteur

Sylvie Clerfeuille

Sylvie Clerfeuille

Laissez un commentaire