“Né en 1964 en France, de parents d’origine maliens, Oumar Timbo aka Iron est un auteur-compositeur et guitariste virtuose. Musicien éclectique, il navigue entre divers styles musicaux : rock alternatif, new-wave, world music, folk, mbalax, musique mandingue et surtout le reggae. Membre du groupe afro-reggae Fitt Band Experience basé à Montpellier, Oumar est sollicité par plusieurs artistes ou groupes, dont Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy, Manjul & Humble Band, Dolais Kib. Ce musicien hors pair est aussi concepteur multimédia et chargé de communication & production.”

Awa, la sœur jazzy

Fils de la diaspora malienne, Oumar Timbo entre en musique en terres lorraines (Nancy). Il y découvre la guitare et se frotte au rock alternatif d’Esperal, un groupe régional des années new-wave. Cette passion pour la musique, il la partage avec ses sœurs Awa Timbo, ex élève de l’Ecole de musique de Thionville où elle a étudié le solfège, la théorie, le piano et le chant lyrique avant d’intégrer la chorale de l’institut où le directeur Johnny Bohr la stimule à interpréter des pièces de jazz, et Mariame (chanteuse de gospel et orthophoniste spécialisée en rééducation de voix chantées et parlées).
Curieux de nouvelles sonorités et d’un autre rapport à la musique, il quitte son Nord-Est natal pour le sud de la France et la douceur de Montpellier.

Le déclic Fitt Band Experience

C’est avec Papa RasRod & Destiny que commence l’aventure reggae d’Oumar « Iron » Timbo, suivi d’un bref passage par la formation réunionnaise Zion. Mais le déclic viendra en 1992 avec le Fitt Band Experience alors composé de Badara « Ceddo » Diop (voix, guitare, percussions), Nalla « Lebu » Ndoye (percussions, chœurs), Djegle « Serge » Goli (basse, claviers, chœurs), Steve « Domyay » Nuissier (claviers), Patrick « Toots » Pessey (batterie) et Hervé « Sitting blues » Tranchant (guitare, harmonica, chœurs). Avec ce groupe phare de la scène musicale montpelliéraine des années 1990, il sillonne l’Europe en délivrant un message de tolérance et de compréhension entre les peuples sur un reggae aux beats mbalax et blues avec des riffs de guitare tournoyants. Qu’il soit brutalement rock ou folk acoustique, Fitt Band Experience n’a jamais cessé de questionner son riddim et les fondamentaux de la musique noire. Après trois magnifiques disques, « Jigeen » (la femme), « Gorée » et « M’baar » (l’abri), et de nombreux concerts et tournées en Europe, le groupe se sépare en 1998, laissant derrière lui des enregistrements inachevés à un album de 12 titres. Riche de cette expérience, Oumar Timbo peut désormais poser ses guitares et s’investir dans l’aventure de l’évènementiel au sein de la société de production languedocienne, S.O.P. (« Style, Organisations et Productions »).

Collaborations

Oumar Timbo côtoie les artistes majeurs du reggae international, s’occupe un an durant de communication et de production. Sa rencontre avec le brother (frère) Tiken Jah Fakoly sera déterminante. En effet, ce dernier le convainc d’abandonner les studios et la communication pour l’accompagner, guitare en bandoulière, dans ses tournées internationales aux quatre coins du monde.
Désormais revenu de ce voyage, Oumar Timbo partage son temps entre la France et l’Afrique de l’Ouest, collaborant parallèlement avec divers artistes : Alpha Blondy pour une tournée dans l’Océan Indien, Yami Bolo, Dolais Kib, Natty Dread, Dreadlam, Ousmane Alkara…Il travaille aussi avec les artistes du label de Manjul Humble Ark (Takana Zion, Bishop, Assetou Kanouté, Ras Lion, Koko Tanjah+Manjul). En 2003, Oumar Timbo coréalise l’album « Reggae Vibes » (AX’S music) avec Gérard Gueudin. On le retrouve aux guitares, piano, programmations, enregistrements, mixage et voix sur »Stop the war ». Quant à sa sœur Awa Timbo, elle a signé tous les textes qu’elle interprète elle-même. 2005 le voit glisser ses notes de guitare dans « Bamako Roots Reggae », le disque du groupe Réunionais Natty Dread venu spécialement à Bamako au Mali pour enregistrer au studio Humble Ark dirigé par Manjul. Oumar posera aussi ses riffs de guitare sur l’album « Ombeye » de Jah Alby.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Ajouter un commentaire

Laissez un commentaire