Né en 1950 dans une famille de djélis (griots), à Dabola (Guinée), l'auteur, compositeur, arrangeur, joueur de balafon et extraordinaire guitariste, Ousmane Kouyaté a joué avec divers artistes (dont plusieurs de la musique mandingue) : Salif Keïta et Kanté Manfila qui l'ont invité à la guitare rythmique sur le fameux hit "Mandjou", Mory Kanté, Cheick Tidiane Seck et Hank Jones, Toumani Diabaté, Amy Koïta, Joe Zawinul, et bien d'autres encore... Cet extraordinaire guitariste a joué avec divers artistes mandingues dont Salif Keïta et Kanté Manfila qui l'ont invité sur "Mandjou" (guitare accompagnement).”

Ousmane Kouyate

Très jeune, Ousmane Kouyaté se passionne pour la musique et commence à apprendre le balafon et la guitare avant de monter son premier groupe en 1966. Après le bac, il s’inscrit à à l’université de Kankan pour des études d’agronomie, sous la pression paternelle. Mais bientôt, la musique reprend le dessus, et en 1977, Ousmane Kouyaté abandonne ses études pour faire de sa passion son métier. Sa rencontre avec son compatriote Kanté Manfila sera déterminante pour la suite de sa carrière. En effet, ce virtuose de la guitare lui propose d’intégrer, en 1978, Les Ambassadeurs Internationaux, un orchestre fondé avec le chanteur malien Salif Keïta.

Dès lors, Ousmane Kouyaté tourne avec la formation, participant à presque tous leurs albums. Il deviendra par la suite le guitariste attitré de la voix d’or du Mali. Parallèlement à la scène ou les studios pour accompagnant divers artistes, Ousmane Kouyaté mène une carrière solo, donne des concerts avec son groupe et enregistre ses opus : Révélation (1982), Ousmane Kouyaté et Les Ambassadeurs Internationaux (1983), Kefimba (1984) ou Domba (1990). Mais il faudra attendre 2009 pour entendre Dabola, son nouvel album dédié à son pays, la Guinée, à son peuple et aux détenteurs de la mémoire, les djélis (griots), comme dans le titre “Djéliya” aux parfums afro-cubains. Il n’oublie de rendre hommage à ses parents dans “Tenter”, chanté en français.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire