Fondé le 4 janvier 1961, sous l’impulsion du président Ahmed Sékou Touré, dont la politique d'authenticité est de fondre les différentes musiques des peuples composant la Guinée dans un style novateur national, l’Ensemble Instrumental National de Guinée (ou Ensemble Instrumental et Choral de la “Voix de la Révolution” ou de la Radiodiffusion) était placé sous la direction de Kouyaté Sory Kandia. Il avait pour but, au-delà de toutes barrières linguistiques ou culturelles, de composer et interpréter les airs des répertoires populaires, pour faire revivre l’histoire du pays, et au-delà, de l'Afrique. L’Ensemble Instrumental va alors s'y atteler et naviguer entre musique classique africaine (mandingue, pulaar (peule), et bien d'autres), chants épiques relatant l’histoire des héros et peuples de Guinée et d’Afrique, musique lyrique, chansons de geste ou folk, le tout accompagné de chorégraphies diverses et recherchées. ”

Ensemble instrumental de Guinée

Un ensemble multiculturel

L’Ensemble Instrumental devient alors un véritable laboratoire de la musique africaine, sous la direction de Kouyaté Sory Kandia, considéré comme la “Voix de l’Afrique”. Venus de divers horizons de la Guinée, des auteurs, compositeurs, arrangeurs, chanteurs, chanteuses, instrumentalistes (kora, ngoni, balafon, bolon, dunun, djembé, calebasse, tambirou (flûte peule), tuné (sorte de trompette bouchée) tamani shekere…), chorégraphes, danseurs, animateurs, acrobates, historiens, chroniqueurs et poètes, exhument et revisitent le patrimoine musical lié à l’histoire des civilisations africaines… Le répertoire de l’Ensemble National est une véritable épopée des musiques africaines puisées aux sources les plus fécondes des cultures populaires : “Touyendé”, “Afrique”, “P.D.G.”, “Soundiata”, “Guinée faré”, “Alpha Yaya”, “Koulandian”, “Toutou Diarra”, “Farakoudou”, “Tara”, “Boloba”, “Douga”, “Helleya”, “Yéyé”, “Tara”, “Naramoudou”, “Lamban”, “Weltare Peuple de Guinée”, “Fleuve Sénégal”, “Ben Mounafan”, “Kémé Bouréma”, “Maniamba – Maramba”, et bien d’autres titres encore…

Kouyaté Sory Kandia, la voix d’or

Aux festivals de Tunis et de Berlin (Allemagne) en 1973, Kouyaté Sory Kandia, le directeur général de l’Ensemble instrumental et choral de la Voix de la Révolution, qu’il est, irradie les cœurs des spectateurs de bonheur. Partout, des salles combles, qu’il fait exploser de sa voix ample et belle : Sénégal, Sierra Leone, Mali, Côte d’Ivoire, Gambie, Tanzanie, Liberia, Cuba, Guadeloupe, Martinique, Europe, Etats Unis, Amérique du Sud…

D’autres célébrités telles que Mbady Kouyaté, El Hadj Djéli Sory Kouyaté, Kadé Diawara, El Hadj Djéli Mamoudou, Kémo Condé, Mamadou Camara, Mama Niang, Diarraba Kandé, Djigui Diabaté… ont marqué de leur empreinte la musique guinéenne.

Instruments

Les musiques de cet ensemble sont données par divers instruments traditionnels : kora, balafon, ngoni, djembé, tambours dundun, flé (flûte mandingue), tambin (flûte peule), tamani, bolon

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire