“Né le 4 septembre 1954 1954 à Banjul, en Gambie, Maudo Sey (Maodo ou Mawdo Sy) est auteur-compositeur, chanteur, percussionniste et comédien. Il a joué avec le groupe gambien Ifang Bondi et l’Orchestre National du Sénégal à Dakar. Installé en Suède depuis des années, il navigue entre afro-pop, ndagga (musique populaire gambienne), mbalax (musique populaire sénégalaise), afro-reggae, pop-soul ou afro-rap, chanté en wolof, mandingue ou anglais. Maudo Sey décède le 17 avril 2013 à Karolinska University Hospital, à Stockholm, en Suède.”

Entre Gambie et Sénégal

A l’âge de sept ans, Maudo Sey part rejoindre son père à Tivaouane, au Sénégal, où il étudiera le coran à Saint-Louis, dans le nord du pays. A l’âge de 20 ans, il retourne à Banjul où il commence sa carrière de musicien. Il jouera avec un certain nombre de groupes, en particulier Ifang Bondi. Mais il se fera un nom en Afrique de l’Ouest en 1997 en interprétant « The Prisoners’ Choir » (Nabucco) de Giuseppe Verdi avec l’Orchestre National du Sénégal à Dakar.

Maudo en Suède

Par la suite, Maudo part s’installer à Stockholm, en Suède, où il aura six enfants, dont la chanteuse Fatima Bramme Sey aka Fatima, la journaliste radio/télévision Amie Bramme Sey et la chanteuse de renommée internationale Seinabo Sey. Il se fera connaître et en Suède et en Scandinavie avec des chansons aux styles divers, comme « They Don’t Talk About It » ou « Ndawsi », ou avec son groupe Reggae Warriors…

Maudo comédien

En 2005, Maudo Sey joue le rôle de l’esclave Burt dans « Manderlay », le long métrage de Lars von Trier, avec Danny Glover, Lauren Bacall, Willem Dafoe, Bryce Dallas Howard, Isaach de Bankolé…

Maudo n’est plus

Lors de ses vacances en Gambie en 2013, Maudo Sey a eu un AVC (Accident vasculaire cérébral). Il a aussitôt été transporté à Karolinska University Hospital, dans la commune d’Huddinge, à Stockholm, où il décède le 17 avril 2013. Il est enterré à Serrekunda, dans son pays natal, la Gambie.

*Source : wikipedia

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire