“Né en 1949 au Mali, Ngou Bagayoko, souvent dans l'ombre de sa femme, la cantatrice Nahawa Doumbia, est un auteur-compositeur, arrangeur, guitariste, joueur de tambour ka et de carignan. Puisant dans la musique mandingue et le style wassoulou, il propose une musique bluesy donnée par la guitare, le ngoni, le kamélé ngoni, la calabasse (calebasse tambour d'eau ou calebasse à cauris) et voix. Avec son épouse Nahawa, il a une fille, Ramata Doussou Bagayoko, elle-aussi chanteuse réputée au Mali.”

La découverte de la guitare

Ngou Bagayoko découvre la guitare vers l’âge de 21 ans. Son intérêt pour l`instrument commence par la rencontre avec un professeur de musique qui lui trouve des aptitudes à se lancer dans la musique. Dans les années 1970, il se consacre tout d`abord au métier d`instituteur, qu`il exercera jusqu`en 1988 dans la petite ville de Bougouni, à deux heures de route au sud de Bamako. S’inspirant du jeu de kamélé ngoni (« kamélé » signifie « jeunes »), il décide de transposer sur sa guitare les accents mélancoliques de cet instrument ainsi que le toucher, le placement des notes…

Ngou et Nahawa

C`est en 1980 qu`il fait son premier enregistrement en tant qu`accompagnateur, chef d`orchestre et arrangeur de sa femme et chanteuse Nahawa Doumbia qui deviendra deviendra « la reine du rythme didadi« . En 1981 sort « Nâ Hawa Doumbia Vol. 1 », une première cassette comportant « Kourouni », « Tou Dibile », « Tjefouroule », « Djankonia », « Nianimanjougou » et « Sokono Woulouni ». Ces titres seront réédités la même année par le chez As Records sous l’intitulé « La Grande cantatrice malienne – Découverte 81 à Dakar ».

Suivent d’autres cassettes comme « Na Hawa Doubia Vol 2 » (« Sakoro Mery ») en 1982, « La grande cantatrice malienne Vol. 3 » (« Koro Dia ») en 1983, parues toujours chez As Records. Le duo est alors invité à jouer à la 10ème conférence des chefs d’État de France et d’Afrique à Vittel, en France. Ils participent en 1986 au Festival de Ouagadougou, au Burkina Faso, rencontrant ainsi Miriam Makeba, Manu Dibango et Thomas Sankara à qui Nahawa dédiera une chanson. Son style se construit au fil des albums : « Djina mousso » en 1987, « Nyama toutou » en 1988, « Didadi » en 1989 et « Mangoni » en 1990. Le couple enregistrera plusieurs autres albums et tournera dans plusieurs pays d’Afrique et d’Europe.

Ngou et Filifin

En 2001, Ngou Bagayoko est, aux côtés de son compatriote et maître du kamélé ngoni Filifin, du projet « Siran », produit par le label Frikyiwa du producteur spécialisé dans les musiques électroniques et musicien français Frédéric Galliano.

Kulu

En 2002 le label Frikyiwa sort son opus personnel, « Kulu », où l’on retrouve plusieurs divas maliennes dont son épouse Nahawa Doumbia (« Bakari Bamba » et « Dogotorow ») et sa fille Ramatta Doussou Bagayoko (« Kulu » et « Yala »).

*Source : https://www.abidjan.net/

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire