Auteur-composieur, guitariste et chanteuse d'origine capverdienne, Sara Tavares est née le 1er février 1978 à Lisbonne, au Portugal. Sa musique s’inspire de ses multiples influences : ses racines capverdiennes et africaines en général ( morna, coladeira, batuque, funana, tabanca, mazurka, lundu, cola, kuduro), portugaises (fado), mais aussi le gospel, l'a capella, la soul, le blues... En 1994, Sara Tavares représente le Portugal à l'Eurovision Song Contest à Dublin (Irlande) avec une ballade, Chamar a musica, qui lui offre une grande visibilité sur la scène internationale. ”

Mi Ma Bo

Sarah Tavares & Shout

En 1996, Sara Tavares enregistre son premier album, « Sarah Tavares & Shout », marqué par la soul, le gospel… et un soupçon de funk, et comportant l’un de ses premiers titres phares, Escolhas. L’année suivante, à l’occasion de l’Expo’98 de Lisbonne, elle se retrouve aux côtés des Allemands du Rias Big Band de Berlin pour un hommage à Gershwin, participant à l’interprétation de « Summertime » et « The man I love ».

Mi ma bô

L’année 1999 est marquée par sa participation à l’album live « Solta-se o Beijo » du groupe folkpop portugais Ala dos Namorados, un duo sur le titre Holy Night de l’album « Christmas Songs » du comédien et chanteur portugais Herman José, une incursion dans « Tradiçon », une chanson de Dany Silva incluse dans la compilation « Lisboa Nos Cantares Cabo-Verdeanos », et la sortie de son second album « Mi ma bô » aux couleurs afro-soul. 2001 voit sa participation à la compilation enfantine « Canções para embalar » (des berceuses), puis à l’enregistrement de la chanson Nzambi, nzambi de l’album « Recompasso » de l’Angolais Paulo Flores.

En 2002, Sara Tavares se lance dans la composition avec le titre Por Amor, Por Alguém chanté par Nuno Guerreiro sur l’album « Tento Saber ». Suit, l’année suivante, une participation au projet multimédia « Faz-de-conta » du portugais Julio Pereira.

40 années de carrière de Carlos do Carmo

En 2004, avec une douzaine d’artistes, elle participe avec la chanson Nova Feira da Ladra au projet « Novo Homem na Cidade », une compilation commémorant les 40 années de carrière du célèbre chanteur portugais de fado Carlos Alberto Ascenção de Almeida, plus connu sous le nom de Carlos do Carmo. Y sont présents Ivan Lins & Trio de Bernardo Sassetti, Gil Do Carmo, Camané, Mariza, Paulo Flores, Martinho da Vila, Pedro Moutinho, Ana Moura, Joana Amendoeira, Tito Paris et Katia Guerreiro.

Balancê : retour vers les racines capverdiennes

Son troisième album, « Balancê » (2005), dont Planeta Sukri (feat. Boy Ge Mendes), affirme résolument son héritage capverdien: morna chaloupée, guitare acoustique au premier plan, percussions discrètes, voix profonde aux accents nostalgiques, propre à la saudade (expression de l’exil propre aux Capverdiens).

Alive ! in Lisboa

Plusieurs autres collaborations marqueront les années suivantes : le Capverdien Boy Ge Mendes au Festival de Baia das Gatas en 2006, le Portugais Tiago Bettencourt sur l’album « O Jardim », Julio Pereira sur « Geografia », Gil do Carmo sur « Sisal » ou encore Paulo Flores lors d’un concert à Luanda en 2008. La même année, elle signe « Alive ! in Lisboa » (DVD+2CD), dont des featurings avec Ana Moura (De Nua) et Boy Ge Mendes (Planeta Sukri).

L’année 2009 est marquée par sa reprise du fameux titre de B. Leza, Mar Azul, dans la compilation internationale « About Water », et la sortie de « Xinti » où s’affirme davantage son style aux confluents des musiques capverdiennes, portugaises et de la soul.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire